Toulouse : La stratégique rue de Metz va être repensée et « apaisée »

URBANISME La métropole annonce la refonte de la rue de Metz, l’un des axes les plus chargés du centre-ville de Toulouse. Elle doit être apaisée et arborée

Hélène Ménal
— 
La rue de Metz, à Toulouse.Illustration.
La rue de Metz, à Toulouse.Illustration. — H. Menal - 20 Minutes
  • Toulouse Métropole annonce que le réaménagement du centre-ville de Toulouse va se poursuivre par la rue de Metz.
  • L’idée est d’y favoriser une meilleure cohabitation entre modes doux et voitures.
  • Une concertation sera menée au printemps et le Pont-Neuf à toutes les chances de s’inviter dans le débat.

Depuis que la rue d’Alsace est piétonne, c’est l’artère la plus circulante du centre-ville de Toulouse. La large rue de Metz – où cohabitent parfois difficilement bus, voitures et cyclistes, sans parler des piétons – va, à son tour, être repensée. Toulouse Métrople veut en effet « sécuriser les différents modes de déplacements » et annonce pour ce faire une concertation qui débutera dès le printemps. Cette dernière « permettra d’associer l’ensemble des usagers de cet axe », assure la collectivité qui cite notamment « les riverains, les associations et les commerçants ».

Alors, dans quel esprit la rue de Metz va-t-elle être réaménagée ? Dans celui qui guide les plans de l’architecte catalan Joan Busquets à qui l’on doit déjà les nouvelles places Saint-Sernin ou Saint-Pierre. Rien n’est encore décidé, mais il s’agit « d’apaiser la circulation afin d’apporter sécurité et confort aux cycles, aux piétons et autres modes doux ». L’idée est aussi de végétaliser une rue que ne borde absolument aucun arbre et de la rendre plus conviviale dans la perspective d’y accueillir « de grands événements ».

L’incontournable Pont-Neuf

Le débat du printemps portera exclusivement sur la partie comprise entre les boulevards et Esquirol. Mais il sera difficile de ne pas l’élargir au Pont-Neuf, traversé par 9.000 voitures par jour, et sur lequel s’élancent la grande majorité des automobilistes qui s’engagent dans la rue de Metz.

Il y a un peu moins de deux ans, en avril 2019, des associations d’usagers des modes doux avaient manifesté pour réclamer l’interdiction du Pont-Neuf aux voitures et plus largement pour supprimer le trafic de transit est-ouest qui passe par la rue de Metz. A ce moment-là, Jean-Michel Lattes, adjoint à la Mobilité, se refusait à « jouer aux apprentis sorciers », en supprimant une des rares possibilités de traverser la Garonne. Il ne fermait pas la porte à la perspective d’un Pont-Neuf sans engin motorisé mais fixait l’échéance à la mise en service de la ligne 3 du métro, soit à 2025 à l’époque, mais 2028 désormais.