Coronavirus à Toulouse : Le maire Jean-Luc Moudenc doute de l’efficacité d’un couvre-feu à 18 heures (et le redoute)

EPIDEMIE Jean-Luc Moudenc (LR), le maire de Toulouse prône la « vaccination générale » mais il est plus réservé sur l’hypothèse d’un couvre-feu national à 18 heures

Hélène Ménal

— 

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc (LR).
Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc (LR). — J.-M. Haedrich -Sipa
  • Le maire de Toulouse craint qu’un couvre-feu avancé fragilise encore plus le tissu économique et émet des réserves sur son efficacité sanitaire.
  • Il encourage la vaccination et s’y pliera lui-même le moment venu.
  • La métropole mettra dès lundi le centre de congrès Pierre-Baudis à disposition de l’Etat pour la campagne vaccinale.

« Je redoute les conséquences et je n’aperçois pas les bénéfices ». Le maire LR de Toulouse, qui sera fixé dans quelques heures comme tous les Français sur l’hypothèse d’un couvre-feu​ avancé à 18 h, n’est pas du tout convaincu.

Tout en précisant qu’il laisse à l’Etat la stratégie de protection des Français, il s’est franchement inquiété ce jeudi, lors de sa rentrée politique, de cet arbitrage éventuel.

« J’essaie d’imaginer ce qui pourrait se passer, a développé Jean-Luc Moudenc. Un tas de courses risquent de ne pas se faire entraînant une fragilisation supplémentaire du tissu économique et en particulier des commerces indépendants. Par ailleurs, je m’interroge sur l’efficacité sanitaire. Parce que dans ce créneau horaire là, les gens ne traînent pas (…), ils ne restent pas regroupés longtemps dans un même endroit ».

Des vaccins au centre de congrès à compter de lundi

L’édile est tout à fait en ligne en revanche avec le gouvernement sur la campagne vaccinale, même s’il dit son incompréhension sur la lenteur du démarrage. « Je suis favorable à la vaccination générale », dans le respect de la liberté de chacun, a-t-il répété. En annonçant que « oui », il se fera vacciner, probablement publiquement, mais « quand [son] tour viendra ».

Plus généralement, la ville et la métropole de Toulouse se positionnent en « aidants » et se mettent au service de la « stratégie de l’Etat ». Le centre de vaccination municipal de la Daurade tourne déjà « à plein régime » pour l’accueil des soignants de plus 50 ans. A l’occasion du démarrage de la vaccination des habitants de plus de 75 ans, une extension ouvrira lundi 18 janvier (sur rendez-vous) au centre de congrès Pierre-Baudis… qui, lui, ne tourne plus du tout.