Toulouse : Victimes de pannes de chauffage, près de 600 locataires se gèlent dans leurs appartements

FROID Depuis le mois décembre, près de 600 logements sociaux se sont retrouvés sans chauffage en raison de pannes sur le réseau de chaleur toulousain

Béatrice Colin

— 

Lors d'une manifestation de locataires de la Faourette, le 12 janvier, pour réclamer le retour du chauffage.
Lors d'une manifestation de locataires de la Faourette, le 12 janvier, pour réclamer le retour du chauffage. — DAL
  • Depuis le mois de décembre, 589 logements de Toulouse Métropole Habitat ont été touchés par une panne de chauffage.
  • S’il a été rétabli, il n’est toujours pas optimum pour tous les résidents qui ont décidé de se mobiliser.
  • Le bailleur social a indiqué qu’une indemnisation allait être versée à ses locataires dont la plupart ont dû investir dans un chauffage d’appoint pour faire face aux températures froides.

Alors que les températures ne dépassent pas la barre des 5 °C ces derniers jours, des habitants de la Ville rose vivent emmitouflés dans leurs blousons, dehors comme dedans. Depuis des semaines, plusieurs dizaines de locataires de résidences de Toulouse Métropole Habitat se retrouvent sans chauffage dans leur appartement HLM où le thermomètre est bloqué à 16 °C dans le meilleur des cas.

« Il y a des problèmes depuis le mois d’octobre dans 589 logements de La Faourette. On a promis aux locataires que ce serait résolu le 23 décembre, c’est le cas dans une partie des résidences, mais certains n’ont toujours pas de chauffage, soit près de 200 logements et ils n’ont pas pris d’engagement sur les délais de rétablissement », souligne Laurence Kantzer, membre du Droit au logement 31, qui porte le dossier auprès du bailleur social et organisait hier une manifestation devant l’une de ses agences.

Deux grosses fuites en décembre

Toulouse métropole Habitat explique avoir été confronté à une première, puis une seconde fuite importante sur le réseau de chaleur urbain, à l’origine des dysfonctionnements de chauffage sur les trois résidences Dauriac, Le Parc et Mermoz. Si les réparations se sont achevées le 23 décembre, d’autres problèmes sont survenus entre-temps.

Malgré la remise en route du chauffage, « sur certains logements notamment de la résidence Le Parc, située en bout de réseau, des insuffisances sont encore à noter », reconnaît le bailleur qui mène une intervention depuis hier sur cette résidence. Pour avoir des températures acceptables, il indique qu’il va pousser le chauffage et que des travaux seront programmés cet été sur le réseau.

Certaines personnes ayant fait l’acquisition d’un chauffage électrique d’appoint, il a aussi décidé d’octroyer aux locataires une indemnisation qui s’appliquera sur la quittance de janvier. « On nous parle d’une indemnité entre 40 et 80 euros, nous trouvons que ce n’est pas suffisant, la plupart ont investi dans un équipement d’appoint et ont fait tourner ce chauffage durant trois mois dans des logements mal isolés. Ce que les locataires n’ont pas apprécié, c’est le manque de communication qu’ils ont vécu comme du mépris, là ils se sont engagés à envoyer des textos pour les informer », poursuit la militante du DAL qui déplore la longueur d’intervention alors que le froid est bien installé dans la région.