Au Moyen-Age aussi, on connaissait ses classiques

— 

A tous ceux qui croyaient que la lecture, au Moyen-Age, s'arrêtait à la Bible, la bibliothèque d'étude et du patrimoine prouve le contraire. Son exposition, « Une bibliothèque imaginaire du XVe siècle », dévoile les ouvrages favoris des lettrés de l'époque. Certes, seuls 5 % de la population savaient lire : les moines, quelques nobles et bourgeois. Mais leurs rayonnages étaient bien garnis de littérature politique, historique ou d'oeuvres de fiction. Ils avaient même des best-sellers, Le Roman de la Rose, par exemple. Certains ouvrages étaient tirés à cent exemplaires, un record. « Une bibliothèque privée comptait en moyenne une quinzaine de livres. L'imprimerie a ensuite tout révolutionné », explique Jocelyne Deschaux, la commissaire de l'exposition. ■ C. B.