Toulouse : L’appli Frimake brise la solitude pour se trouver des amis dans la vraie vie

LIEN SOCIAL Près de 30.000 membres, dont 8.000 Toulousains, sont déjà inscrits sur cette application qui permet de rencontrer de nouveaux amis selon ses loisirs et ses envies

Julie Rimbert

— 

L'appli Frimake a séduit 30.000 utilisateurs en quête d'amitié en un an. Illustration.
L'appli Frimake a séduit 30.000 utilisateurs en quête d'amitié en un an. Illustration. — Gerd Altmann - PixaBay
  • Lancée en décembre 2019 par un ancien étudiant toulousain, l’appli Frimake permet de rencontrer des nouveaux amis lors d’activités communes, loin des plateformes de rencontres amoureuses.
  • L’appli compte aujourd’hui près de 30.000 membres, dont 8.000 dans la Ville rose.
  • Même pendant le confinement, les groupes d’amis ont prospéré en visio et se sont retrouvés lors d’une soirée pétanque ou un pique-nique au déconfinement.

Lutter contre l’isolement social en rencontrant des amis sur le Net pour les voir ensuite physiquement lors d’activités en groupe. C’est la philosophie de l’ appli Frimake, lancée en décembre 2019 par un ancien étudiant de Toulouse, qui veut montrer que le virtuel peut aussi rapprocher les personnes dans le monde réel.

Avec près de 1.500 membres inscrits dès le premier mois, Frimake s’est ensuite adapté au contexte de la crise sanitaire en proposant à ses membres des activités de groupe en visio. L’appli compte aujourd’hui près de 30.000 membres, dont 8.000 dans la Ville rose, et est parrainée par le rugbyman Yoann Huget.

Sortir de Tinder et Meetic

« Après avoir travaillé, à la sortie de mes études, au prestigieux cabinet KPMG où j’auditais notamment de jeunes start-up innovantes, j’ai décidé de me lancer sur ce marché pour mettre plus d’humain, raconte Alae Elhayyate, fondateur de Frimake et diplômé de la Toulouse School of Management. Dans mon entourage, on me parlait de solitude, d’isolement social à partir d’un certain âge et de la difficulté de rencontrer d’autres personnes malgré les réseaux sociaux. Il y a une vraie puissance du numérique mais beaucoup de gens ne veulent pas faire des rencontres style Tinder ou Meetic et souhaitent seulement se faire des amis ».

Selon la Fondation de France, plus d’un français sur dix est touché par l’isolement social. Des chiffres qui se sont aggravés avec les confinements successifs. En intégrant Frimake, ses membres peuvent proposer une activité comme une soirée tapas ou un jogging collectif. L’application permet de choisir les participants, selon les affinités ou l’envie, par exemple de prévoir une soirée entre femmes ou personnes d’une même génération.

« De nouveaux amis pour sortir de ma zone de confort »

« Le Covid a été un mal pour un bien car nous nous sommes adaptés avec des activités en visio par groupe de dix, comme des blinds test et des quiz. Et dès le déconfinement, les amitiés créées virtuellement se sont rencontrées lors de soirées barbecue ou danse », souligne le jeune fondateur. Par mesure de sécurité, les nouveaux inscrits sont contrôlés et identifiés. Les modérateurs sont vigilants pour écarter les dragueurs lourds et autres imposteurs.

C’est ce qui a plu à Wendy, une jeune Toulousaine de 32 ans qui a découvert l’appli sur les réseaux sociaux en janvier 2020. « J’avais envie de me faire des nouveaux amis et de rencontrer d’autres personnes pour sortir de ma zone de confort, explique cette trentenaire qui travaille dans l’administration. J’ai participé à un ou deux goûters avec trois ou quatre personnes puis le confinement est tombé. Avec un groupe d’une dizaine d’amis, nous avons continué des activités en visio avec des soirées autour de jeux télés comme Les Amis en or ou Dessinez c’est gagné. J’ai ainsi sympathisé avec quatre à cinq personnes devenues des amis que j’ai vus tout l’été lors de pique-nique, guinguettes ou soirées ciné. Aujourd’hui, j’ai vraiment l’impression de les connaître ».

En septembre, l’appli s’est lancée en Belgique, en Suisse et au Luxembourg. Fort de son succès, Frimake a signé en octobre un partenariat avec l’université Toulouse 3.