Coronavirus à Toulouse : Pour Régine, première patiente vaccinée à Toulouse, « il faut y aller ! »

EPIDEMIE Les premières campagnes de vaccination ont eu lieu ce mardi au gérontopôle de Toulouse, avant une extension ce mercredi dans des Ehpad et dans des centres dédiés, notamment aux professionnels de santé

Béatrice Colin

— 

Régine, 71 ans, est la première patiente du CHU de Toulouse a être vaccinée ce 5 janvier à Toulouse.
Régine, 71 ans, est la première patiente du CHU de Toulouse a être vaccinée ce 5 janvier à Toulouse. — B. Colin / 20 Minutes
  • Le CHU de Toulouse a reçu ce mardi ses 3.000 premières doses de vaccins et a vacciné une soixantaine de résidents et salariés de l’hôpital Garonne.
  • Ce mercredi, 17.000 nouvelles doses doivent arriver à Toulouse et seront réparties dans les Ehpad mais aussi dans les premiers centres de vaccination mis en place à Rangueil et Purpan.
  • Pour casser la dynamique de la circulation du virus dans l’agglomération toulousaine, il faudrait vacciner 90.000 personnes d’ici fin février.

« J’ai eu un virus de la grippe à 20 ans alors j'ai tout de suite accepté, c’est nécessaire de se faire vacciner, il faut y aller », lâche sans détour Régine. A 71 ans, cette résidente de l’unité longue durée de l’hôpital Garonne du CHU de Toulouse a été la première habitante de la Ville rose à recevoir ce mardi une dose du vaccin anti-Covid. Dans son sillage, le professeur  Bruno Vellas, gériatre au CHU de Toulouse, s’est aussi prêté volontiers au jeu de la piqûre, conscient de montrer ainsi l’exemple aux soignants qui pourraient être réticents.

« La volonté de l’ensemble des professionnels de santé est d’aller très vite. Vu l’ampleur de l’enjeu, il faut accélérer et qu’on donne aux 30 millions de Français qui veulent se faire vacciner la possibilité de le faire », insiste le patron du Gérontopôle qui a reçu l’une des premières des 2.925 doses reçues le matin même au CHU.

Dans la journée, une soixantaine de résidents et soignants de plus de 50 ans ou fragiles devaient être vaccinés, une arme de plus pour limiter la propagation du coronavirus.

20.000 doses reçues

Cette campagne devrait prendre une autre dimension dès ce mercredi. Le CHU de Toulouse doit en effet recevoir ce jour-là, 17.000 doses supplémentaires, réparties dans ses services mais aussi des Ehpad et autres hôpitaux du département. « La vaccination est un bénéfice important de protection face aux formes graves de la maladie. Les patients sont plutôt volontaires, les soignants aussi car ils sont exposés et potentiellement vecteurs. C’est très rassurant pour eux qui accueillent un public fragilisé et c’est l’espoir d’un retour à la normale », assure Sophie Hermabessiere, le médecin gériatre de Régine.

Pour casser la dynamique de diffusion du coronavirus dans l’agglomération toulousaine d’ici fin février, il faudra selon les statistiques du laboratoire de virologie du CHU vacciner au moins 90.000 personnes. « Avec l’organisation que nous avons mise en place, nous devrions y parvenir », assure Marc Penaud, son directeur général. Dès ce mercredi, deux centres de vaccination dédiés aux professionnels de santé seront ouverts sur les sites des hôpitaux de Rangueil et Purpan. Lundi prochain, trois autres centres seront aussi déployés à l’Hôpital Larrey, au sein de la Cité de la santé à la Grave et sur le site de l’Oncopôle.

« Nous avons au sein du CHU plus de 4.000 personnels de plus de 50 ans et environ 1.000 fragilisés sur les 16.000 salariés. Nous allons mettre en place un système de rendez-vous, ouvert aux professions libérales, au cours duquel se fait la consultation pré-vaccination. Et les demandes d’inscription sont déjà nombreuses », assure Marc Penaud. D’autres centres devraient aussi voir le jour dans des sites hors de l’agglomération, comme Saint-Gaudens.