Coronavirus à Toulouse : La troisième ligne de métro repoussée, l'opposition monte au créneau

TRANSPORTS A Toulouse, l’argument du Covid-19 pour repousser de trois ans la 3e ligne de métro ne prend pas dans les rangs de l’opposition

Hélène Ménal
— 
Le 26 aožt 20009, dans le mŽtro sur le trajet de la Ligne B.
Le 26 aožt 20009, dans le mŽtro sur le trajet de la Ligne B. — Fred Scheiber/20 Minutes
  • Le maire de Toulouse vient d’annoncer un report de trois ans de la 3e ligne de métro et justifie sa décision par la crise sanitaire. La nouvelle échéance est désormais fin 2028.
  • Archipel citoyen, qui n’a jamais cru à une construction express pour 2025, trouve que le Covid-19 « tombe à pic ».

La déception est grande pour les Toulousains qui attendaient la nouvelle ligne de métro  pour la Noël 2025. Lundi, Jean-Luc Moudenc (LR), le maire de Toulouse et président de Toulouse métropole, a annoncé assez solennellement un report de trois ans de sa mise en service, désormais prévue pour fin 2028. « Le choix de la sagesse » dicté, a-t-il expliqué, par les conséquences financières de la crise sanitaire.

L’argument est validé par la maire socialiste de Colomiers, ville terminus de ce projet phare à 2,9 milliards d’euros. « Ce n’est pas une surprise, réagit Karine Traval-Michelet, par ailleurs vice-président de la métropole. (…) Cette décision est bien l’une des conséquences de la crise économique que nous vivons depuis quelques mois. C’est une annonce responsable et cohérente qui ne remet pas en cause le projet initial d’une ligne Colomiers-Labège livrée en une seule tranche ».

« Un mensonge électoral »

L’opposition toulousaine n’est pas étonnée non plus mais elle est beaucoup plus sceptique quant aux raisons de cette « chronique d’un report annoncé ». Archipel citoyen, le groupe de l’écologiste Antoine Maurice, finaliste malheureux de l’élection municipale, a la dent très dure. « En décembre 2019, nous avions indiqué que l’échéancier promis n’était pas tenable, qu’il ne s’agissait que de poudre aux yeux, le financement étant loin d’être assuré et qu’il ne pouvait être question d’une mise en service avant 2028, écrivent les élus archipéliens. Exactement ce qui vient d’être annoncé sous couvert d’une crise économique de grande ampleur, qui tombe à pic pour tenter de masquer un mensonge électoral. »

A l’époque, Antoine Maurice avait même prédit qu’après 2014 et 2020, la campagne municipale 2026 tournerait encore autour de la 3e ligne de métro… Il déplore aujourd’hui une décision « irresponsable au regard de l’urgence climatique et sociale »

Le conseiller municipal socialiste Vincent Gibert est sur la même ligne : « Le maire de Toulouse vient d’annoncer ce que chacun savait déjà : le calendrier annoncé n’était pas sincère… », commente-t-il.