Toulouse : Pour montrer leur grogne, les policiers manifestent symboliquement devant la préfecture

SECURITE Après les propos d’Emmanuel Macron sur les violences policières, une cinquantaine de policiers toulousains ont décidé de montrer la colère de leur profession

B.C.

— 

Les policiers devant la préfecture de la Haute-Garonne, le 8 décembre 2020.
Les policiers devant la préfecture de la Haute-Garonne, le 8 décembre 2020. — B. Colin / 20 Minutes

Ils ont entonné La Marseillaise, après avoir fait résonner le deux-tons. Une cinquantaine de policiers en tenue sont venus témoigner de leur malaise et colère ce mardi après-midi lors d’un rassemblement symbolique devant la préfecture de la Haute-Garonne. « Tous les jours, il y a des remarques sur les policiers. On a l’impression que les rôles se sont inversés : toutes les interventions sont filmées et on cherche la faute », déplore Aurélie.

Cette policière appartient au syndicat minoritaire France Police - Policiers en colère. Elle a décidé de participer à cette manifestation spontanée, voulue par « la base » pour qui « la coupe est pleine ». Après l’interpellation contestée – et filmée – de Michel Zecler, les propos d’Emmanuel Macron sur les violences policières et le contrôle au faciès dans sa récente interview à Brut n’ont pas manqué de créer la polémique au sein des rangs des forces de l’ordre.

« C’était quoi, le but du président, à part nous salir ? La confiance est rompue. On nous parle d’une réunion en janvier, c’est un manque de réactivité. Il faut qu’on soit respectés », poursuit Cédric Delage, le secrétaire général du syndicat qui, depuis deux jours, demande aux hommes en « bleu » de ne pas faire de zèle concernant les contrôles, voire de ne pas en faire du tout.