Toulouse : Le « Bleu-Bleu », mythique guinguette clandestine des bords de Garonne, détruite

SOCIETE Installé en bord de Garonne depuis plus de quatre décennies, le lieu illégal qui vient de perdre son fondateur a été détruit ce vendredi

B.C.

— 

La guinguette clandestine le Bleu Bleu a été détruite à Toulouse ce vendredi.
La guinguette clandestine le Bleu Bleu a été détruite à Toulouse ce vendredi. — Collectif Bleu Bleu
  • Depuis plus de quarante ans, le « Bleu-Bleu », une guinguette alternative et illégale, est ouvert en bord de Garonne.
  • Ce lieu mythique a perdu son fondateur il y a quelques jours et a reçu le soutien de riverains et militants pour son maintien.
  • Installée sur un terrain municipal, « présentant un danger structurel », la mairie a décidé de la faire détruire.

C’est un lieu comme il en existait peu, voire plus… Le « Bleu-Bleu » est à Toulouse un lieu mythique, une guinguette accrochée aux bords de Garonne du côté de Ginestous ouverte il y a plus de quarante ans dans l’illégalité. Cet endroit alternatif, connu de tous, a toujours eu une saveur particulière, son côté « clandestin » ajoutant au charme du lieu avec vue sur la Garonne.

Mais après quatre décennies, et la mort récente de son fondateur, Gilbert Vivien, ce bâtiment est en cours de destruction par la mairie de Toulouse, en concertation avec la Préfecture. « Cet établissement, outre sa situation sur un terrain public – propriété de la mairie – et en zone inondable, était bâti sans permis de construire. Or, aujourd’hui, il présente, d’après les conclusions rendues le 3 décembre par un expert mandaté par la mairie de Toulouse, une grande dangerosité structurelle », indique le Capitole dans un communiqué.

Nouvel appel à projets

Ces dernières semaines, des vigiles avaient été dépêchés sur les lieux après des actes de vandalisme. Un collectif s’est aussi créé pour sauver ce lieu, où activités de solidarité se mêlaient à la création culturelle. Opposés à sa destruction, ces riverains, militants et proches de Gilbert Vivien plaidaient pour une préservation « de ce lieu emblématique, en assurer la sauvegarde et mener sa transition », ont lancé une pétition et devaient se retrouver sur place samedi pour évoquer les modalités pour se mobiliser.

Mais autour de la reconstruction d’un nouveau lieu. La mairie de Toulouse ne ferme pas la porte à « voir perdurer l’esprit de convivialité du lieu, mais dans un cadre légal, sécurisé et respectueux de l’environnement immédiat et fragile du site ». Du coup, un appel à projet devrait être lancé prochainement, en concertation avec le comité de quartier, afin de « rechercher une solution de guinguette éphémère, démontable, qui pourrait prendre place et redonner vie à cet espace ouvert à tous ».

Les bars illégaux, bête noire des patrons de cafés