Toulouse : Le Solidaribus distille des bouffées d’oxygène aux sans-abri mais pollue trop... Aidez à le remplacer

SOLIDARITE Le Solidaribus de Toulouse est un accueil mobile pour les sans-abri les plus marginalisés. Mais il pollue trop et ne pourra bientôt plus rouler. Un appel à la solidarité est lancé pour le remplacer

H.M.

— 

Toulouse, le 5 février 2013. Un sdf dans une rue du centre ville.
Toulouse, le 5 février 2013. Un sdf dans une rue du centre ville. — Fred.Scheiber

Il va à la rencontre de ceux qui n’espèrent plus rien, de personne. Des sans-abri ultra-marginalisés qui ne fréquentent même plus les accueils de jour. Le vénérable Solidaribus, conduit dans les rues de Toulouse par les bénévoles de Main Tendue 31, promène sa soupe et son café chauds. Il offre un îlot à qui veut se confier.

Ce bus, de 17 places à l’origine, aménagé désormais pour ses maraudes discrètes, a plutôt fière allure pour un véhicule de 1996 et « tourne plutôt bien » malgré ses 200.000 kilomètres au compteur d’après Christian Soulié, le président de l’association. Pourtant, les jours de Solidaribus sont comptés. Il a beau distribuer des petites bouffées d’oxygène, pour la pollution, ce « vieux diesel » est hors normes.

Cagnotte en ligne

En avril 2021, quand, comme annoncé, la mise en place d’une Zone à faibles émissions (ZFE) commencera à éliminer petit à petit les véhicules les plus polluants, il ne passera pas l’obstacle. « On ne pourra pas lui coller de vignette Crit’Air, il n’en existe pas pour lui il est largement au-dessus du niveau 5 », concède Christian Soulié.

Le Solidaribus de l'association La main tendue, ne pourra plus rouler en avril.
Le Solidaribus de l'association La main tendue, ne pourra plus rouler en avril. - La main tendue

Mais tout n’est pas perdu. Des étudiantes de Paul-Sabatier en gestion des entreprises et des administrations se sont lancées comme défi de sauver le Solidaribus. Elles ont créé une cagnotte en ligne. Elle doit servir à l’achat d’un « fourgon aménagé », neuf ou d’occasion pour remplacer la version 1 du Solidaribus. Pour continuer les maraudes au printemps dans un contexte social considérablement aggravé par la crise sanitaire.