Toulouse : Grâce à leurs super-levures pour les astronautes, des étudiants brillent à un prestigieux concours international de biologie

SCIENCES Après des mois de travaux sur des levures nutritives pour les astronautes, le projet de l'équipe toulousaine est arrivé deuxième fin novembre au concours iGEM

Julie Rimbert

— 

L'équipe toulousaine est arrivée deuxième au concours de l'iGEM2020.
L'équipe toulousaine est arrivée deuxième au concours de l'iGEM2020. — Rémy Leroy
  • Près de 245 équipes venues du monde entier ont participé à l’iGEM, un prestigieux concours international de biologie synthétique.
  • Pour la septième année consécutive, l’équipe de Toulouse est sur le podium, s’adjugeant la deuxième place.
  • Ces huit étudiants ont planché sur la production autonome de levures très nutritives à destination des astronautes.

Leur projet de super-levures nutritives pour les astronautes a tapé dans l’œil du jury de l'iGEM, concours international sur la biologie synthétique organisé par le très reconnu Massachusetts Institute of Technology. Près de 245 équipes du monde entier participaient à la compétition.

Huit étudiantes et étudiants toulousains – trois de l’université Toulouse III – Paul Sabatier et cinq de l’ INSA Toulouse – ont obtenu la deuxième place de ce prestigieux concours, qu’ils préparaient depuis plusieurs mois. Une fierté récompensant l’excellence universitaire toulousaine puisque c’est la septième fois, en autant de participations, que les équipes de la Ville rose ramène une médaille.

Système de culture autonome

Au total, l’équipe a été auréolée de sept nominations, c’est-à-dire qu’elle figure parmi les trois meilleures de sa catégorie. « On ne s’attendait pas à avoir autant de distinctions, dont la médaille d’or du concours récompensant les projets les plus complets, s’enthousiasme Laurène Adam, membre de l’équipe de Toulouse. Cet été, nous avons pu tester en laboratoire la croissance du dispositif de co-culture, alliant une levure et une bactérie, mais séparément. Nous avons pu noter le renouvellement des deux cultures mais nous n’avons pas eu le temps de les tester ensemble ».

Encadrés par des chercheurs et des enseignants-chercheurs du Toulouse Biotechnology Institute et du Centre de Biologie Intégrative à Toulouse, les étudiants toulousains ont imaginé un système de production de levures nutritives enrichies en provitamine A, à destination des astronautes dans l’espace. Ces compléments alimentaires doivent permettre de pallier la perte nutritive des vitamines au cours de longs voyages spatiaux. Ce système innovant, quasi-autonome, est cultivé par les ressources disponibles dans ce milieu restreint comme l’urine, le CO2 expiré par les astronautes ou l’eau.

Des applications sur terre

Forts de leur prix, les étudiants vont désormais restituer leurs travaux auprès de leurs partenaires et aviser de la suite. Car leur projet de super-levures peut avoir des applications sur Terre, notamment pour des populations en carence en vitamine A. En amont de la compétition, ils ont été en contact avec l’équipe iGEM 2020 du Ghana pour valider l’intérêt de leur expérience.

« Nous leur avons soumis un questionnaire pour la population ghanéenne et nous allons voir comment adapter notre dispositif aux contraintes terrestres, peut-être en changeant les levures ou les ressources pour les développer, détaille Laurène Adam. Nous avons aussi constaté que la bactérie qui utilise le CO2 pour se nourrir pourrait aussi servir à capter l’air pollué. Dans les mois à venir, nous allons voir s’il y a une opportunité de poursuivre notre projet par le biais d’une thèse ou d’un stage. »