Ici, les tensions persistent

— 

« Israël Nazi », « sionistes nazis ». Tracées sur les trottoirs ou sur un mur à la peinture blanche, au moins trois inscriptions de ce type ont été découvertes vendredi matin dans la Ville rose, dont une près d'un magasin casher. Elles ont été nettoyées dans la matinée par les services municipaux. « L'enquête a été confiée à la sûreté départementale », a indiqué Michel Valet, le procureur de la République de Toulouse. Vendredi, en fin d'après-midi, les démineurs ont été appelés après la découverte d'une valise suspecte devant la synagogue des Portes de la vérité, à Bagatelle, celle-là même qui, le 5 janvier, a fait l'objet d'une attaque à la voiture incendiée. La crèche voisine a dû être évacuée. Mais la valise ne contenait que des classeurs vides...

Dans un tout autre registre, 2 500 à 4 500 manifestants, ont à nouveau défilé dans le calme samedi pour demander la fin de l'offensive israélienne sur Gaza. Un autre rassemblement est prévu ce matin devant la Chambre de commerce où doit se tenir une réunion sur les relations économiques entre la région et Israël.

Dans une logique d'apaisement, Mgr Robert Le Gall, l'Archevêque de Toulouse, a annoncé vendredi qu'il allait lancer, en commun avec le rabbin de la Ville rose, un « appel à la paix entre les peuples ». Il doit aussi se rendre à Gaza le 25 janvier. ■ H. M.