Toulouse : Des habitants des Pradettes veulent une ferme urbaine à la place d’un programme de logements

SOCIETE Face à la forte densification urbaine du quartier des Pradette, un collectif d'habitants propose de créer une ferme urbaine et des jardins partagés en lieu et place d'un projet de construction de 300 logements

Julie Rimbert
— 
Malik Beldjoudi et Philippe Lebailly devant la friche où les habitants des Pradettes veulent installer une ferme urbaine.
Malik Beldjoudi et Philippe Lebailly devant la friche où les habitants des Pradettes veulent installer une ferme urbaine. — J. Rimbert
  • Depuis un an et demi, le collectif d’associations des Pradettes planche sur un projet de ferme urbaine et de jardins partagés sur une friche du quartier.
  • Après une phase intense de construction de logements, les habitants veulent conserver cet îlot vert pour installer cette ferme en maraîchage et permaculture.
  • La mairie, propriétaire du terrain, ne ferme pas la porte à ce projet agro-urbain et plaide la concertation pour voir si le projet est viable.

Après une forte période de nouvelles constructions dans le quartier des Pradettes à Toulouse, les habitants veulent cimenter le lien social à travers un projet de ferme urbaine. Depuis un an et demi, le collectif d'associations des Pradettes et le mouvement citoyen Alternatiba planchent sur ce projet qu’ils aimeraient concrétiser sur une friche de deux hectares, à deux pas de la place des Pradettes.

Une friche appartenant à la mairie de Toulouse où doivent sortir de terre 300 nouveaux logements sur ce terrain de Bordeblanche.

Circuits courts et lien social

« C’est un projet qui fédère les habitants, les commerçants et les associations pour améliorer le lien social et répondre aux enjeux climatiques et alimentaires, souligne Malik Beldjoudi, membre du collectif des associations des Pradettes. Cette ferme et les jardins partagés et pédagogiques que nous portons créeraient de la richesse et des emplois car la ferme serait gérée par des professionnels. C’est un projet à co-construire avec la mairie ».

Face à la densification du quartier, qui a vu la construction de 1.173 logements en 5 ans, les habitants, qui ont écrit au maire Jean-Luc Moudenc, veulent sauver ce bout de verdure pour garder un îlot de fraîcheur et ne pas déséquilibrer le quartier « L’idée avec ce terrain est de valoriser une alternative concrète pour la transition écologique et les circuits courts, à l’heure où l’alimentation est une priorité pour les Français, argumente Philippe Lebailly du collectif Alternatiba Toulouse, soutien du projet. On cultiverait des légumes à la ferme qui seraient ensuite consommés sur le quartier ».

Concertation avec la mairie

Pour Christophe Alves, maire des quartiers Lardenne-Pradettes-Basso Cambo, « cette initiative fait effectivement l’objet d’échanges et de réflexions dans le cadre de la concertation sur le devenir de Bordeblanche. Ce projet agro-urbain nécessite des études plus approfondies en termes de faisabilité technique et financière car il est attendu des porteurs de projet qu’ils présentent un plan de financement et une organisation viable sur la durée ».

Une concertation est prévue et une première rencontre a eu lieu en octobre. D’autres réunions seront programmées dans les semaines à venir. L’élu rappelle que le projet de construction de logements a déjà été revu à la baisse, passant de 700 logements à 300. « Les phases successives de concertation menées par la mairie ont conduit à un projet plus qualitatif, laissant déjà place à plus d’équipements publics et d’espaces verts, abaissant de fait la jauge de logements, détaille Christophe Alves. Un échelonnement des projets sur cette zone est envisagé jusqu’à 2026 ».

Les habitants des Pradettes, dont une partie est classée comme Quartier prioritaire de la politique de la ville depuis 2014, comptent durant les deux prochaines années poursuivre leur projet en visitant les fermes urbaines de Montpellier ou Bordeaux. Les jardins partagés doivent voir le jour à l’automne 2021. Le collectif voudrait que la ferme urbaine soit une réalité fin 2022 ou début 2023.