Confinement à Toulouse : Les gendarmes interrompent une fête… chez un policier

MAUVAIS EXEMPLE Le ton est monté et le policier chez qui la fête était organisée est convoqué devant le tribunal correctionnel

H.M.

— 

Un gendarme (illustration)
Un gendarme (illustration) — Mourad Allili / Sipa

C’était le 1er novembre, trois jours après l’entrée en vigueur du deuxième confinement. Selon une information de La Dépêche du Midi, les gendarmes ont été appelés par plusieurs habitants d’une résidence de Saint-Jean, à la limite de Toulouse, intrigués par le « tapage nocturne » chez un de leurs voisins.

Lorsque les militaires ont frappé à la porte indiquée, ils ont effectivement interrompu une petite fête. Ils sont aussi tombés nez à nez avec l’organisateur, un policier de 47 ans, visiblement mécontent de l’interruption.

Masques arrachés

Selon le quotidien régional, le rappel à l’ordre a dégénéré puisque le policier a arraché les masques des gendarmes à au moins deux reprises. Les militaires ont déposé plainte trois jours plus tard et le policier a même eu droit à une garde à vue dans les locaux de la gendarmerie, au cours de laquelle il aurait indiqué que d’autres collègues policiers étaient présents à sa fête.

L’affaire a été prise très au sérieux par le parquet. Le fonctionnaire est convoqué le 4 mai 2021 devant le tribunal correctionnel pour « violence sur personne dépositaire de l’autorité publique ».