Toulouse : Levez les yeux au ciel, l'avenir du téléphérique se joue dans les airs ces prochains jours

TELEO Jeudi, une opération de déroulage des câbles du futur téléphérique de Toulouse par hélicoptère et drone va avoir lieu

Béatrice Colin
— 
Une des trois stations du futur téléphérique de Toulouse, Téléo (illustration).
Une des trois stations du futur téléphérique de Toulouse, Téléo (illustration). — Tisseo Ingenierie -Airimage

L’impressionnant chantier de construction du téléphérique toulousain va entrer dans une nouvelle phase au cours des deux prochains jours. Et c’est dans les airs qu’aura lieu cette fois-ci le spectacle. Alors que les cinq pylônes de Téléo sont désormais tous installés sur son tracé de 3 km, jeudi, entre 9 h et 17 h, les « câblettes », qui serviront au déroulement des câbles définitifs en acier, seront déroulées.

Au total, trois passages de l’hélicoptère sont prévus, chaque rotation devant durer 20 minutes sur la partie entre l’Oncopôle et Rangueil, tandis qu’un drone s’occupera de celle entre Paul-Sabatier et l’hôpital. Et dès mercredi, des mesures de protection aux abords de ce chantier sont prévues, notamment la fermeture de parkings au niveau de l’Oncopôle.

Zone de chantier lors du déroulage des câbles de Téléo, le téléphérique de Toulouse.
Zone de chantier lors du déroulage des câbles de Téléo, le téléphérique de Toulouse. - Tisséo.

Pour la réussir, des travaux préparatoires ont aussi été nécessaires sur les sites des trois stations. Des appuis intermédiaires provisoires ont vu le jour chemin des Etroits et au niveau du lycée Bellevue.

Ils soutiendront les câbles pendant leur mise en place, une opération qui va durer environ quatre mois, jusqu’à leur mise en tension. L’étape suivante sera l’arrivée des cabines de la société Poma, prévue pour le début d’année prochaine. Téléo, le nom du téléphérique qui pourra transporter 1.500 voyageurs par heure et par sens, sera mis en service au cours de l’été 2021. Il sera le plus équipement urbain de ce type et pourra fonctionner, grâce à sa technologie « 3S », trois câbles, pars des vents atteignant jusqu’à 108 km/h.