Haute-Garonne : A Labège, tous les enfants de 3 ans vont avoir à disposition un premier vélo

Y A PAS D'AGE Pour développer les mobilités douces sur son territoire, et offrir la même chance à tous les enfants de pouvoir y avoir accès, la commune du sud-est toulousain innove

Béatrice Colin

— 

Les enfants de 3 et 4 ans habitant à Labège vont pouvoir avoir accès à un vélo gratuitement durant trois ans.
Les enfants de 3 et 4 ans habitant à Labège vont pouvoir avoir accès à un vélo gratuitement durant trois ans. — MiZie / Pixabay
  • La mairie de Labège est la première de la grande agglomération toulousaine à mettre gratuitement un vélo à disposition des enfants de 3 ans.
  • Sur les 80 enfants concernés cette année, les familles de 34 d’entre eux se sont déjà fait connaître pour en bénéficier.
  • Un moyen pour la commune de donner accès aux mobilités douces dès le plus jeune âge et pour toutes les familles.

C’est un peu Noël avant l’heure. D’ici à la fin de l’année, les enfants âgés de 3 et 4 ans habitant la commune de Labège, au sud-est de Toulouse, auront un vélo tout neuf à leur disposition. Ce n’est pas le cadeau concerté de leurs parents, ou le top des ventes des magasins de jouets, mais l’initiative prise par la municipalité.

Cette dernière a décidé de mettre un coup d’accélérateur sur les mobilités douces, et ce, dès le plus jeune âge. « Nous avons déjà des programmes à l’école pour éduquer au bien manger, nous avons voulu le faire de la même manière sur les questions de mobilité. Nous allons avoir d’ici quelques années l’arrivée du métro, mais il ne réglera pas tous les problèmes de bouchons, il faut donc aussi travailler sur les autres modes alternatifs à la voiture », indique le maire de la commune Laurent Chérubin qui veut aussi prôner « l’équité de traitement entre tous ».

Durant trois ans, la ville va donc mettre à disposition des plus jeunes un vélo évolutif via un contrat de prêt à usage. Il sera assorti de tout le matériel nécessaire pour rouler en toute sécurité sur les pistes cyclables, du gilet au casque, en passant par un contrat d’entretien. Sans parler des animations déployées avec l’association 2 pieds 2 roues pour rendre l’enfant plus autonome sur son engin.

Recyclage après les trois ans

« Cette année, 80 vélos sont susceptibles d’être attribués à des enfants et aujourd’hui nous avons 34 demandes. Au bout de trois ans, ces vélos, en fonction de leur état, seront soit renvoyés vers la filière de réemploi, s’ils sont abîmés, ils seront recyclés ou donnés à des associations », détaille Claire Séverac, adjointe aux finances de la ville qui débourse 100 euros pour chaque deux-roues achetés dans un commerce spécialisé de la commune. Et chaque famille bénéficiaire aura une reconnaissance de dettes en cas de non-restitution.

Parmi elles, il y a celle de Clément, 3 ans et demi. Ce dernier se rend tous les matins à l’école avec un deux-roues qu’on lui a donné. Un mode de déplacement très utilisé par ses parents. Alors quand la promesse de campagne est devenue une réalité, Benoît Dubuc, le papa, a décidé de solliciter ce prêt.

« Au début je voyais plus ça comme une communication, je me suis dit aussi que l’usage allait être détourné, que certains allaient peut-être le revendre. Mais ils ont ajouté la notion de prêt et de maintenance, cela éduque les gens et les invite à un autre mode de consommation et de déplacement », explique ce père de famille qui espère que d’autres parents pousseront leurs enfants à se rendre à l’école à vélo, un moyen souvent plus rapide qu’un trajet en voiture. Et pourquoi pas lancer dans la foulée des « vélos bus » à l’image des trajets de « pédibus » existants ?