Coronavirus en Andorre : Pour sauver sa saison, le gouvernement met en place des tests massifs

PANDEMIE La pandémie de Covid-19 ayant mis à mal son économie liée au tourisme, l’Andorre a décidé de faire tester les nombreux saisonniers et sa population, soit 40 % chaque semaine

J.R. avec AFP

— 

Une piste de ski au Pas de la Case, l'un des secteurs du domaine de Grandvalira, en Andorre.
Une piste de ski au Pas de la Case, l'un des secteurs du domaine de Grandvalira, en Andorre. — Frédéric Lancelot / Sipa

Fortement touchée par l’épidémie de coronavirus avec 67 décès, la principauté d’ Andorre, réputée pour ses pistes de ski, va mettre en place un dépistage massif de sa population et des travailleurs saisonniers étrangers pour tenter de sauver la saison hivernale, moteur de son économie.

Les ministres de la Santé, du Tourisme et de l’Intérieur de ce petit Etat pyrénéen, coincé entre la France et l’Espagne, ont décidé d’investir un million d’euros par mois pour réaliser, chaque semaine à partir de novembre, des tests salivaires sur 40 % de la population, composée au total de 77.000 habitants.

Réduction des jobs saisonniers

Les employés des secteurs du tourisme et des services, les salariés en contact direct avec le public, les policiers et sapeurs pompiers seront prioritaires pour ces tests. Les milliers de saisonniers étrangers, notamment chiliens et argentins, qui viennent travailler durant l’hiver dans la principauté, devront produire un test négatif au coronavirus au maximum 48 heures avant la demande du « permis d’immigration ».

S’attendant à un moindre afflux de touristes à cause de la pandémie, le gouvernement andorran a décidé de réduire de 30 % les quotas d’embauche de saisonniers par rapport à la saison dernière, avec un total de 3.224 permis de travail.

Début octobre, le gouvernement a fermé les bars et imposé des restrictions dans les restaurants face à l’augmentation des cas.