Coronavirus à Toulouse : Sur décision du tribunal, les bars peuvent rouvrir

SURSIS Le tribunal administratif de Toulouse vient d’annuler en partie l’arrêté préfectoral qui restreint l’activité des restaurants et bars, ces derniers peuvent rouvrir

Hélène Ménal

— 

Une soirée dans un bar à Toulouse. Illustration.
Une soirée dans un bar à Toulouse. Illustration. — F. Scheiber - 20 Minutes

Vrai sursis ou simple parenthèse ? Le tribunal administratif de Toulouse a autorisé ce vendredi les bars, fermés depuis mardi, à rouvrir. Il avait été saisi jeudi par un collectif de restaurateurs et bars, et des organisations professionnelles ( UMIH 31, CPME31, Fédération des commerçants).

En attente de l’arrêté sur le couvre-feu

La requête déposée en urgence visait l’arrêté pris le 12 octobre par le préfet, Etienne Guyot, et déclinant les mesures nationales après le passage de Toulouse en zone d’alerte maximale : la fermeture totale des bars et de nouvelles restrictions dans les restaurants comme les cahiers de rappel par exemple.

Au nom de la liberté d’entreprise, et aussi parce qu’il n’a pas trouvé d’argument disant que les bars et restaurants sont plus propices à la contamination, le tribunal a tranché en faveur des requérants, estimant que les débits de boissons et restaurant étaient déjà soumis à des « protocoles stricts et contrôlables ». La décision souligne aussi que 4.000 emplois sont en jeu, « soit davantage que les suppressions de postes à Airbus sur trois ans ».

La liberté retrouvée des établissements de la Ville rose, et qui concerne aussi les 16 autres communes de l'agglomération en alerte maximale, devrait être toutefois bridée par l’arrêté préfectoral, toujours pas publié à cette heure, sur le couvre-feu.