Toulouse : Buzz autour d’une escape game qui donne le choix de supprimer (ou pas) Emmanuel Macron

POLEMIQUE Un escape game toulousain qui met en scène un scénario de kidnapping présidentiel suscite la polémique depuis la parution vendredi d’un article dans la presse locale

B.C.

— 

Lors d'une partie au sein de la salle d'escape game  Arkanes où les joueurs peuvent éliminer Emmanuel Macron.
Lors d'une partie au sein de la salle d'escape game Arkanes où les joueurs peuvent éliminer Emmanuel Macron. — Arkanes Facebook

Le jeu existe depuis un an. Mais un article paru en fin de semaine évoquant l’escape game Arkanes, installé à Toulouse, a soulevé une petite tempête au cours du week-end sur le droit à la satire. Il faut dire que le scénario choisi par la salle de jeu grandeur nature peut « choquer », de l’avis même de son organisatrice.

Les joueurs d’un jour sont confrontés à un kidnapping présidentiel et lors de leur arrivée dans la dernière salle, ils ont la possibilité de rendre sa liberté à une effigie d’Emmanuel Macron, le juger et mettre en prison, ou de manière plus radicale, de l’éliminer.

Présenté vendredi par La Dépêche du Midi, le jeu a suscité de nombreuses réactions, en particulier sur les réseaux sociaux.

« Ce n’est qu’un jeu »

Pour expliquer ce scénario de kidnapping présidentiel, et justifier le choix qui est fait, la gérante rappelle qu’il s’agit d’une fiction et qu’il n’y « a pas d’incitation au crime ». « En aucun cas on cherche à atteindre réellement mais plutôt symboliquement au Président de la République », indique-t-elle au quotidien, invoquant le droit à la satire.

Cette ancienne «gilet jaune» explique que son rôle est de questionner. Sur le site Internet, elle précise « proposer plusieurs fins différentes, pas une seule ». « Devinez ce que la majorité des gens choisit ? Est-ce qu’Arkanes est responsable de la débâcle présidentielle ? Du fait que les gens n’aient plus confiance dans le système judiciaire à juger des hommes politiques correctement et marre du sentiment d’impunité des politiques ? Non madame, non monsieur » et de rappeler qu’il ne s’agit que d’un jeu.