Coronavirus à Toulouse : Les restaurateurs et limonadiers veulent faire du bruit en marge de la visite de Jean Castex

COLERE Jean Castex et plusieurs de ses ministres sont attendus ce vendredi à Toulouse. Ils ne devraient pas échapper à la colère des professionnels de la restauration et de l'hôtellerie

Hélène Ménal

— 

Devant un restaurant de Toulouse. Illustration.
Devant un restaurant de Toulouse. Illustration. — F. Scheiber - Sipa
  • Jean Castex et trois poids-lourds de son gouverement seront à Toulouse ce vendredi.
  • Les patrons de bars et restaurants veulent en profietr pour manifester leur colère.
  • Selon le maire, l'épidémie de Covid-19 serait en phase de stabilisation dans la Ville rose.

La belle brochette ne pouvait pas laisser indifférents les professionnels de la restauration. Jean Castex, le Premier ministre, est annoncé à Toulouse ce vendredi pour une visite sur le thème de la sécurité. Il vient surtout en force, avec les principaux poids lourds de son gouvernement : Jean-Michel Blanquer, Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti.

En pleine crise sanitaire, les professionnels de la restauration et de l’hôtellerie ont décidé d’en profiter pour faire passer un message à l’exécutif. Leur syndicat, l’UMIH 31, a lancé ce jeudi sur sa page facebook un appel à manifester à 10 h, devant la préfecture, proposant des affiches et des slogans à télécharger du type « Laissez-nous travailler » ou « l’Etat nous sacrifie ». A l’heure prévue de cette mobilisation, la délégation ministérielle sera toutefois au commissariat central, avant un passage au Capitole à la mi-journée.

« Une situation plutôt en phase de stabilisation »

Et d’ici là, les restaurateurs et limonadiers de la Ville rose – où les bars ferment à 22 heures depuis dix jours – en sauront davantage sur leur sort immédiat et un éventuel basculement en zone écarlate d’alerte maximale.

Sur ce point et sur la propagation de l’épidémie de Covid-19 en général, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR), s’est montré plutôt rassurant ce jeudi matin, en ouverture du conseil municipal. « Je crois pouvoir dire que la situation est plutôt en phase de stabilisation », a-t-il affirmé « avec beaucoup de prudence ». « Cibler un certain nombre d’établissements et d’activités économiques, je crois que cela n’est pas efficace », a-t-il ajouté.