Toulouse : Il rend les gens marteaux et pollue, la mairie interdit le « gaz hilarant »

FINI DE RIRE La mairie de Toulouse a pris un arrêté pour interdire l’usage récréatif du protoxyde d’azote sur le domaine public ainsi que sa vente aux mineurs

H.M.

— 

Des cartouche de protoxyde d'azote jetées dans la rue. Illustration.
Des cartouche de protoxyde d'azote jetées dans la rue. Illustration. — Sarah Alcalay - Sipa

Il en va de la santé des jeunes, de la tranquillité des habitants mais aussi du respect de l’environnement. Voilà les trois arguments avancés par la mairie de Toulouse pour interdire, sous peine d’une amende à 68 euros, l’utilisation sur le domaine public de cartouches de protoxyde d’azote comme gaz hilarant, le plus souvent en l’aspirant dans des ballons baudruches. Signé le 28 septembre par Emilion Esnault, l’adjoint à la Sécurité, l’arrêté est immédiatement entré en vigueur.

« Ces agissements se développent massivement et régulièrement en divers lieux de l’espace public sur tout le territoire de la commune (…), multipliant les comportements anormalement agités de certaines personnes et les risques associés de troubles à l’ordre et la sécurité publique », indique l’arrêté.

Des risques de chutes pour les cyclistes et piétons

Mais, au-delà des riverains mécontents, le Capitole en a aussi assez des cartouches métalliques de protoxyde d’azote, négligemment jetées après la partie de rigolade façon peau de banane. « Elles représentent un réel danger à la fois pour les piétons et les cyclistes, en augmentant le risque de chutes, et pour l’environnement », souligne la mairie.

Les détaillants en cartouches sont aussi dans le collimateur. Il leur est désormais interdit d’en vendre aux mineurs. Fini de rire.