Toulouse : La galère des escalators en panne dans le métro tire à sa fin (enfin presque)

TRANSPORTS Le colossal chantier de remplacement des escalators défaillants de la ligne B du métro toulousain démarrera en décembre… et durera huit ans

Hélène Menal
Un escalator dans une station de métro toulousaine. Illustration.
Un escalator dans une station de métro toulousaine. Illustration. — F. Scheiber - Sipa
  • Les escalators de la ligne B du métro de Toulouse posent problème depuis le début et tombent en panne à répétition.
  • Leur remplacement va commencer en décembre avec un premier chantier dans la station terminus de Ramonville.
  • Les travaux vont durer huit ans et coûter 25,5 millions d’euros à Tisséo.

Ce chantier-là n’est pas aussi spectaculaire qu’un téléphérique mais il va tout de même coûter 25,5 millions d’euros à Tisséo et concerner l’ensemble des usagers du métro toulousain. Car parmi eux aucun n’a échappé à cet agacement passager de se retrouver au pied d’un escalator en panne, bon pour une séance de musculation des mollets. C’est d’autant plus vrai pour les usagers de la ligne B, « victimes » de la défaillance puis de la faillite de la société marseillaise qui a fourni et installé l’intégralité des escaliers mécaniques.


« Les pannes ont commencé dès 2007 à l’inauguration de la ligne mais la situation s’est considérablement aggravée au bout de 10 ans (…), alors que le matériel était censé avoir une durée de vie de 30 ans », rappelle Jean-Michel Lattes, le président de Tisséo Collectivités.

Un contentieux ancien

L’autorité organisatrice des transports toulousains a attaqué les Marseillais en justice récupérant dans un premier temps 5,5 millions de « réparations » et le contentieux est toujours en cours. Mais dans les couloirs du métro, le cauchemar touche à sa fin. Enfin, à condition d’être très, très patient puisque le chantier colossal qui va consister à remplacer l’ensemble des escalators de la ligne B – 83 équipements en tout – va démarrer au mois de décembre et s’étaler « sur huit ans ».

Le soulagement arrivera par la station Ramonville où sont prévus plusieurs mois de travaux « lourds ». Puis le chantier se déplacera de stations en stations, « en essayant à chaque fois de maintenir un maximum d’accès et en surveillant attentivement le bon fonctionnement des ascenseurs », précise le patron de Tisséo. Au cours de l’opération, trois escaliers mécaniques vont être définitivement transformés en escaliers fixes dans les stations Ramonville, Minimes et Palais de Justice.

Avec cette fois, un contrat de maintenance

Pour ce nouveau marché, Tisséo a choisi un constructeur connu d’ascenseurs. Echaudé, il a surtout inclus un contrat de maintenance par lequel l’opérateur s’engage à entretenir et réparer le matériel rapidement en cas de souci.

Une fois tous les escalators de la ligne B changés, ce sera autour de ceux de la ligne A, au nombre de 47, d’être remplacés. Un peu plus de 30 ans après leur installation, donc les concernant à l’issue d’un cycle de vie normal.