Transformés en agents multitâches, ils se fâchent

— 

Officiellement, l'ANPE et l'Assedic ont perdu leur emploi. Les deux structures sont fusionnées en un même organisme baptisé « Pôle Emploi » et offrant un guichet unique aux chômeurs. « Mais ça ne marchera pas ! », préviennent les syndicats, qui appelaient les agents concernés dans le département (plus de 900) à faire grève. Sans contester le bien-fondé du rapprochement physique des deux entités, ils dénoncent une réforme menée « dans la plus grande précipitation ». Un agent ANPE a droit à trois jours de formation pour coiffer également la casquette d'un agent Assedic qui, lui, dispose, en gros, de six jours pour devenir conseiller ANPE. « J'ai fait une formation de cinq jours en décembre, j'ai des kilos de documentation à absorber, aucune expérience pratique et je me sens tout à fait incapable d'orienter un demandeur d'emploi », témoigne un agent Assedic qui vient d'essuyer les plâtres. « De conseiller, on va devenir contrôleur, payeur et même radieur, c'est-à-dire perdre notre impartialité et mélanger deux métiers bien différents », ajoute Emmanuel Rouane, porte-parole du syndicat Solidaires SUD-Emploi. Ce dernier estime que « plus de la moitié » des agents étaient en grève hier, contre 28 % en Haute-Garonne selon la direction du Pôle Emploi. A Toulouse, les premiers guichets uniques* doivent ouvrir le 26 janvier, aux Argoulets et place Bachelier notamment.

H. M.

* Rens. au 3949.