Ça arrivera près de chez vous en 2009

Béatrice Colin et Hélène Ménal

— 

Justice, économie, politique : tour d'horizon des dossiers chauds qui vont émailler l'année.

G Le 23 février débutera à la salle Jean-Mermoz le procès de la plus grosse catastrophe industrielle de l'après-guerre : l'explosion de l'usine AZF le 21 septembre 2001, qui a fait 30 morts et près de 2 500 blessés. A la barre du tribunal correctionnel, Serge Biechlin, l'ancien directeur de l'usine, et la société Grande-Paroisse comparaissent pour « homicides et blessures involontaires ». Face à eux, 229 personnes se sont constituées parties civiles. La plupart espèrent connaître, au terme de ce procès-fleuve de quatre mois, les causes de l'explosion, due, selon la thèse officielle, à un mélange accidentel de produits chimiques.

G Autre moment fort de la chronique judiciaire, la cour d'appel de Toulouse annonce pour « courant avril ou mai » le procès de Jacques Viguier devant les assises de la Haute-Garonne. La professeur de droit est accusé de l'assassinat de sa femme, Suzanne, disparue le 27 février 2000 du domicile conjugal. Il a toujours clamé son innocence.

G Après neuf mois de gestation, les premières actions visibles de la nouvelle équipe municipale verront le jour cette année. Promesse de campagne du maire PS Pierre Cohen (photo), l'office de la tranquillité ouvrira en septembre 2009. Deux des six maisons de la citoyenneté seront lancées, et les contours du premier écoquartier, sur la ZAC de la Cartoucherie, seront dévoilés. Au printemps, les conclusions de l'audit sur la gestion et le contrat de concession de l'eau à la société Veolia pourraient conduire à une remunicipalisation du service.

G Finie la Communauté d'agglomération du Grand Toulouse (CAGT). Place maintenant à la Communauté urbaine du Grand Toulouse (CUGT), une structure intercommunale dont les compétences sont élargies aux déchets, à l'eau, à la voirie et à l'urbanisme, notamment. Pour l'occasion, 1 676 agents municipaux de vingt-cinq communes passent dans le giron communautaire. La CUGT percevra 40 millions d'euros de dotation étatique supplémentaire, essentiellement investis dans les transports en commun. Pierre Cohen, son président, estime qu'elle est « l'outil indispensable pour faire de notre agglomération une métropole qui compte en Europe ». Contrairement à la très consensuelle CAGT, elle verra siéger des membres de l'opposition toulousaine.

G Cette année, Airbus gardera le Power. Selon toute vraisemblance, les chiffres 2008, qui seront dévoilés le 15 janvier, placeront l'européen devant son rival, Boeing, en termes de commandes et de livraisons. Autre bonne nouvelle, la première pierre de l'usine A350 sera posée le 14 janvier. C'est dans l'agglomération toulousaine que sera assemblé le nouveau long courrier d'Airbus. Quant à l'A380, dont l'industriel a réussi à honorer in extremis les douze livraisons prévues en 2008, rien n'est encore sûr concernant l'atteinte de l'objectif 2009, fixé à vingt et un appareils. Enfin, Airbus et EADS (sa maison mère) vont continuer à mettre en oeuvre le plan de restructuration Power 8. En créant notamment, dès mercredi, la filiale aérostructures Aerolia, déjà dans le collimateur des syndicats. Si son siège social sera situé à Toulouse, une partie de ses activités industrielles se déploiera en Tunisie.

G Après plusieurs années de dépollution et d'aménagement, les premières installations du Cancéropôle ouvriront leurs portes cette année. Implantée sur l'ancien site AZF, cette zone de 170 hectares accueillera au printemps l'Institut de recherche Pierre-Fabre et ses 750 chercheurs. Même échéance pour l'Institut des technologies avancées en sciences du vivant (Itav). En revanche, il faudra attendre deux ans au minimum pour voir aboutir les travaux de construction de la clinique universitaire du cancer. A terme, 4 000 personnes travailleront sur ce site.

G 2009 sera aussi l'année des plans sociaux. Ainsi, 289 emplois sont menacés chez Molex, à Villemur-sur-Tarn. Les dirigeants américains de cette usine de composants automobiles souhaitent fermer le site au printemps. Les salariés tentent de démontrer la rentabilité de l'établissement. Ils ont aussi déposé une plainte pénale pour « entrave aux prérogatives du comité d'entreprise ». Mais cette mobilisation ne peut que retarder une issue inéluctable.

G Inquiétude aussi à Télé Toulouse. Le tribunal de commerce doit se prononcer le 9 janvier sur un plan de poursuite de l'activité de la chaîne locale. Le scénario le plus pessimiste prévoit la suppression d'une vingtaine de postes équivalent temps plein sur les quarante-neuf existants.