Toulouse : Quatre hommes, soupçonnés d’être les arracheurs de portables du métro, interpellés

ENQUËTE Quatre hommes interpellés mercredi dans un squat ont reconnu être les arracheurs de téléphones qui ont sévi dans le métro de Toulouse au mois d’août

H.M.
— 
Dans le métro de Toulouse. Illustration.
Dans le métro de Toulouse. Illustration. — F. Scheiber - Sipa

Le procédé était toujours le même. Un homme, seul, repérait les usagers pendus à leur téléphone et leur arrachait violemment l’appareil juste avant que la porte de la rame ne se referme. Neuf Toulousains ont été victimes de ce mode opératoire dans le métro durant le mois d’août : huit femmes et un homme, ce dernier ayant été en plus roué de coups de pied.

Les agressions se sont produites dans différentes stations, à A Patte-d’Oie, Saint-Cyprien ou encore Sauzelong.

Téléphones volatilisés

Les enquêteurs de la brigade criminelle de répression des atteintes aux personnes (BCrap) ont épluché les images de vidéosurveillance. Leurs recherches les ont conduits mercredi dans un squat du quartier Sauzelong. Trois hommes et un mineur y ont été interpellés. Ils correspondent tous aux agresseurs repérés sur les images.

Les policiers n’ont en revanche pas rétrouvé les téléphones probablement revendus à la va-vite. Les quatre suspects ont reconnu les faits au cours de leur garde à vue. Les trois adultes doivent être jugés en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel.