Coronavirus à Toulouse : Les élèves en attente du verdict de leurs tests PCR doivent rester à la maison

ECOLE En cette rentrée « Covid », les élèves de Toulouse et de Haute-Garonne devront rester chez eux s’ils sont dans l’attente du résultat de leurs tests

H. Ménal et B. Colin

— 

35.000 élèves vont faire leur rentrée dans les écoles de Toulouse. Illustration.
35.000 élèves vont faire leur rentrée dans les écoles de Toulouse. Illustration. — Michel Gile - Sipa
  • 208 écoles rouvriront ce mardi à Toulouse.
  • Et la ligne est claire : les enfants en attente du résultat d’un test PCR ne pourront pas être accueillis, même masqués.
  • Si des cas apparaissent au fil des jours, la décision de fermer une classe ou une école sera prise « au cas par cas » par les autorités sanitaires.

Quelque 35.000 pitchouns reprennent le chemin de l’école ce mardi à Toulouse et cette rentrée en mode Covid-19 pose de nombreuses questions pratiques. Notamment celle des enfants en attente du résultat d’un test PCR, le verdict pouvant prendre jusqu’à 72 heures. Vendredi soir, une réunion a eu lieu entre l’agence régionale de Santé, l’Education nationale, la mairie de Toulouse et les représentants des maires de la Haute-Garonne afin de définir une ligne de conduite, claire et uniforme, sur la question.

Et la réponse, logique mais ça va mieux en le disant, est non: un enfant en attente du résultat de son test de dépistage ne pourra pas faire sa rentrée, même masqué.

Sauf absence totale de symptôme

« Si l’enfant fait l’objet d’une suspicion, soit parce qu’il a des symptômes, soit parce qu’il a été identifié comme cas contact d’un proche positif dans son premier cercle, il doit rester à la maison, détaille Marion Lalane de Laubadère, adjointe en charge du Bien grandir au Capitole. Son retour ne pourra se faire que s’il produit un écrit, comme un résultat de test négatif, ou une lettre du médecin traitant ».

L’élue relève toutefois un autre cas de figure où l’élève en attente de résultat pourra être accueilli à l’école : « Si la famille s’est fait tester pour se rassurer, dans un drive par exemple, en l’absence de symptôme ».

Des fermetures éventuelles « au cas par cas »

Même précaution si une suspicion apparaît sur le temps scolaire. « Si un enfant est malade en classe, il est isolé et ses parents sont avertis. Il doit ensuite consulter son médecin traitant. Si un test de dépistage du Covid est prescrit, il ne revient pas à l’école en attendant le retour de son test, précise Valérie Cicchelero, médecin-conseil auprès du recteur de l’académie de Toulouse. S’il est positif, on regardera s’il y a des contacts à risque dans sa classe, il y aura alors une évaluation réalisée en lien avec l’agence régionale de Santé ».

C’est des investigations menées par l’ARS que dépendra la décision de fard tester d’autres élèves, de fermer ou pas une classe, voire une école. Les dossiers seront gérés « au cas par cas ».

Pour faciliter le « tracing » des cas qui ne manqueront pas d’être signalés, la mairie de Toulouse a donné pour consigne à ses agents de limiter autant que possible le brassage des élèves sur les temps périscolaires, en particulier à la cantine. Par exemple, les services seront organisés de façon à ce que ce soit toujours les mêmes classes qui se côtoient.