Agen : Une croix gammée et un doigt d’honneur tagués sur la mosquée

FAITS DIVERS Le ministre de l’Intérieur a condamné avec « fermeté » ces dégradations

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de la police.
Illustration de la police. — Fabrice Elsner / 20 Minutes

Le ministre de l’Intérieur les a qualifiés d'« actes odieux ». Plusieurs tags peints en rouge dont une croix gammée et un doigt d’honneur ont été découverts dans la nuit de samedi à dimanche sur la façade de la mosquée d’Agen.

Selon les premiers éléments de l’enquête, une croix gammée figurait parmi ces inscriptions tracées en rouge, a indiqué dimanche à l’AFP une source judiciaire, tandis qu’une source préfectorale a également fait état de la présence sur les murs de l’édifice de dessins représentant « un doigt d’honneur et un sexe masculin ».

Fermeté et indignation

Dans un tweet, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a fait part de son « soutien aux Musulmans d’Agen » et condamné « avec la plus grande fermeté les dégradations inacceptables qui ont visé la mosquée d’Agen. Ces actes odieux sont contraires aux valeurs de la République ».

Sur twitter, la préfecture du Lot-et-Garonne a elle aussi condamné « fermement » des « actes odieux (…) en totale contradiction » avec « la liberté des cultes ». Messaoud Settati, président de l’association des Musulmans de l’Agenais, gestionnaire du lieu de culte, a raconté à l’AFP avoir été alerté « vers 2h00 du matin » par des passants qui avaient remarqué ces inscriptions sur la façade, comportant également une série de longues « ondulations » peintes en rouge.

Les images de vidéosurveillance du lieu de culte ont été saisies par le commissariat d’Agen en charge de l’enquête, a-t-il précisé.

Une « provocation » et « une insulte »

Selon M. Settati, elles montrent qu’un homme, seul a pénétré dans l’enceinte du bâtiment « peu après minuit ». « On ne peut pas savoir si c’est l’œuvre d’une personne égarée, perdue (…) C’est la première fois que nous avons ce genre d’actes d’injure » sur la mosquée, a-t-il commenté, sans plus de détails. Son association doit rencontrer la préfecture en fin de journée.

« L’Observatoire national contre l’islamophobie condamne avec force les inscriptions racistes dont a été victime la mosquée d’Agen. Il se réjouit de la réaction rapide (…) du ministre de l’Intérieur et apporte son soutien aux fidèles », a réagi auprès de l’AFP son président Abdallah Zekri, également délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), principal interlocuteur du gouvernement en matière d’islam.

Pour M. Zekri, qui « espère que les auteurs de ces actes soient arrêtés et châtiés », « ces inscriptions, à cinq jours de la fête de l’Aid (prévue vendredi), sont une provocation et une insulte à l’égard des citoyens français de confession musulmane d’Agen ».