Toulouse : Les urgentistes du CHU retirent leur menace de démission

VOLTE FACE C’était rapide quand même

J.-L.D.

— 

Des tests à Toulouse, illustration
Des tests à Toulouse, illustration — FRED SCHEIBER/SIPA

Volte-face. Les médecins urgentistes du CHU de Toulouse ont annoncé ce samedi 11 juillet dans un communiqué qu’ils ne démissionneraient finalement pas, eux dont la menace datait de… jeudi !

Une volte-face justifiée par les soignants par le fait que le CHU de Toulouse et l’Agence régionale sanitaire occitane auraient répondu favorablement à leur demande et à leur colère, en promettant de fournir les moyens nécessaires à une bonne prise en charge de l’ensemble de la population de la région, comme le rapporte La Dépêche.

« Il est bien triste d’avoir dû envisager de quitter l’hôpital pour en défendre les valeurs »

Les annonces des deux organismes de santé ont été faites ce vendredi. Les démissionnaires éphémères ont tout juste eu le temps de travailleur leurs arguments, puisqu’ils concluent leur communiqué par un cinglant : « Il est bien triste d’avoir dû envisager de quitter l’hôpital pour en défendre les valeurs ».

Communiqué passif-agressif qui prévient d’ailleurs pour le futur : « Nous serons attentifs à ce que le dialogue demeure ouvert entre les instances hospitalières et régionales d’une part, et nos services d’autre part. » Car si cette bataille s’est déroulée à la vitesse de l’éclair, la guerre pour les moyens hospitaliers pourrait, elle, être bien longue.