Elections municipales à Toulouse : En quoi ça consiste au juste, un adjoint au maire chargé du « bien manger » ?

POLITIQUE Signe des temps, à la mairie de Toulouse, il y a désormais un adjoint au maire chargé du « bien manger ». On a demandé à Jean-Jacques Bolzan, le titulaire du poste, ce qu’il concoctait au juste

Hélène Ménal

— 

Des produits locaux,chez Les champions, une épicerie fine de Toulouse.
Des produits locaux,chez Les champions, une épicerie fine de Toulouse. — H. Menal - 20 Minutes
  • Ex-Monsieur Commerce de Toulouse, Jean-Jacques Bolzan est désormais l’élu chargé du « bien manger ».
  • Parmi ses missions, la multiplication des circuits courts pour fournir les cantines. Ou l’organisation d’un festival annuel du festival annuel du bien vivre.

A Toulouse, le maire réélu, Jean-Luc Moudenc (LR) a lui aussi dévoilé son nouveau gouvernement. Avec quelques nouveaux « portefeuilles » assez inédits dans la Ville rose, qui ont tout à voir avec l’air du temps. Un conseiller municipal est désormais chargé par exemple spécifiquement de « la qualité de l’air intérieur et extérieur ». Et Jean-Jacques Bolzan, un peu comme Audrey Pulvar à Paris, se voit confier la vaste mission du « bien manger ».

Alors, en quoi consiste au juste cette délégation a priori alléchante ? « L’idée est de travailler sur cette thématique qui prend une place prépondérante dans les attentes sociétales des Toulousains et a pris de l’ampleur pendant la crise du Covid-19 », répond le titulaire du poste. L’ex-Monsieur Commerce reste chargé des marchés de plein vent, dont il veut accroître le nombre, mais prend aussi la main sur la cuisine centrale, autrement dit sur les cantines des pitchouns et des aînés.

Davantage de produits locaux dans les cantines

Sans faire une fixette sur le bio, l’élu veut augmenter « la part du fait maison et des produits locaux ou sous label de qualité dans les assiettes [actuellement de 53 %] ». « Cela ne se fait pas d’un coup de baguette magique, concède-t-il, mais nous allons passer des appels d’offres qui permettront aux producteurs locaux de nous fournir directement, ou s’ils ne le peuvent pas, de trouver les bons grossistes ». Et, en cas d’inflation des prix pour ces bons produits, l’adjoint au maire veut compenser en accélérant « la lutte contre le gaspillage alimentaire ».

Jean-Jacques Bolzan veut aussi exploiter « le potentiel de la régie agricole de Candie », 220 ha quand même, désormais 100 % bio. Des jeunes agriculteurs pourront y cultiver des parcelles pour se lancer. « On pourrait aussi y organiser des cours de cuisine du terroir », imagine l’élu.

Un festival rural à ciel ouvert

Enfin, l’adjoint au « bien manger » est chargé de transformer, une fois l’an, Toulouse en Salon de l’agriculture à ciel ouvert en concrétisant la promesse de campagne d’un « Festival du bien vivre et de l’alimentation durable ». Le concept ? Le débarquement sur toutes les places de la ville des agriculteurs et producteurs des campagnes voisines, avec leurs produits et leurs bêtes. « Les restaurateurs pourront aussi organiser des dégustations », promet Jean-Jacques Bolzan. Il annonce la première édition, « soit pour 2021, soit pour 2022 » et souhaite organiser « une concertation avec les commerçants pour déterminer la période de l’année la plus propice » à ce marché gastronomique géant.