Municipales 2020 à Toulouse : A Toulouse, un gouvernement Moudenc expérimenté, composé de très proches

POLITIQUE Le nouveau conseil municipal de Toulouse a siégé pour la première fois vendredi et 26 adjoints ont été désignés. Des très proches du maire réélu, Jean-Luc Moudenc (LR)

Julie Rimbert (avec H. M.)

— 

Jean-Luc Moudenc, le 28 juin 2020, au soir de sa réélection, sur la place du Capitole.
Jean-Luc Moudenc, le 28 juin 2020, au soir de sa réélection, sur la place du Capitole. — J.-M. Haedrich -Sipa
  • Le nouveau conseil municipal de Toulouse (Haute-Garonne) a élu à la majorité absolue Jean-Luc Moudenc maire de Toulouse ce vendredi.
  • Vingt-six adjoints ont été nommés, dont beaucoup de fidèles qui gardent leur délégation.
  • Un adjoint, Jean-Jacques Bolzan, sera spécialement chargé du « bien manger ».
  • L’écologie et le développement durable seront gérés en direct par l’édile.

Il veut être « le maire du rassemblement et au service de tous les Toulousains ». Jean-Luc Moudenc, vainqueur des élections municipales avec 51,98 % des voix, a repassé son écharpe de maire vendredi matin à l’occasion du tout premier conseil municipal de ce nouveau mandat.

« Nous sommes le seul conseil municipal où la moitié des élus de la majorité n’appartient à aucune formation politique et amènent leurs parcours personnels, leurs expériences, leur diversité qui symbolise l’ouverture, au-delà des convictions politiques », a souligné l’édile avant de faire procéder à l’élection de ses 26 adjoints dont le champ d’action précis n’a été connu que tard dans la soirée.

Daniel Rougé, troisième sur la liste « Aimer Toulouse », devient premier adjoint et reste chargé des affaires sociales. « Jean-Michel Lattes a souhaité être déchargé de cette fonction [de 1er adjoint] pour se consacrer à la troisième ligne de métro », a expliqué le maire réélu, ce qui conforte sa place en tant que président de Tisséo.

Nouvelle délégation à l’Ecologie gérée en direct

Jean-Luc Moudenc, qui avait choisi de géré en direct la politique des quartiers lors de son précédent mandat, a aussi indiqué qu’il ne créerait « pas de délégation au développement durable » et qu’il assurera lui-même la coordination et le développement de la politique environnementale. Dans cette dimension « verte » de son mandat, il sera épaulé par l’astronaute Philippe Perrin, chargé des modes doux et de la circulation en général, et du nouvel entrant Nicolas Misiak qui coordonnera dans les quartiers les « conventions citoyennes pour l’écologie en ville » promises durant la campagne.

Le nouveau gouvernement Moudenc fait la part belle aux proches ou fidèles du maire, son architecture repose sur des sortants expérimentés. Certains gardent leurs « portefeuilles » comme Laurence Arribagé (LR) aux Sports, Marion Lalane-de Laubadère aux Affaires scolaires, Francis Grass à la Culture, Sacha Briand (LR) aux Finances, avec pour ce dernier un périmètre élargi à « la modernisation de la collectivité ».

Jeu de chaises musicales

Parmi les surprises, le jeune Emilion Esnault, qui a fait ses preuves à la Propreté, devient le nouveau « Monsieur Sécurité » de Toulouse, en lieu et place d’Olivier Arsac. Mais ce dernier récupère le vaste champ de l’Economie et du Commerce. Enfin Jean-Jacques Bolzan quitte donc sa casquette de défenseur des commerçants pour s’occuper du « Bien manger », un thème qui a émergé lors de ce scrutin. Il garde ainsi la main sur les marchés mais s’occupera aussi de la cuisine centrale, donc des cantines.