Toulouse : Face à la hausse de la précarité, ils vont livrer cet été des colis-repas aux plus démunis

SOLIDARITE Confrontés à une hausse des demandes d’aides alimentaires, les Restos du cœur, la Banque Alimentaire et le Secours catholique organisent une campagne d’aide alimentaire cet été et recrutent des bénévoles

Béatrice Colin

— 

La confection de repas pour les plus démunis par des bénévoles toulousains du Secours catholique  durant le confinement.
La confection de repas pour les plus démunis par des bénévoles toulousains du Secours catholique durant le confinement. — Fred. Scheiber / 20 Minutes
  • Les associations d’aide alimentaire de Toulouse ont vu leur nombre de bénéficiaires augmenter avec la crise du coronavirus.
  • Pour répondre aux besoins des plus démunis, le Secours catholique, la Banque alimentaire et les Restos du cœur organisent cet été une distribution quotidienne de colis-repas le soir.
  • Ces associations lancent un appel aux bénévoles pour cette opération, ainsi qu’aux dons, qui ont baissé durant la crise alors que celle-ci a engendré un surcoût en raison du protocole sanitaire.

Les effets de la crise sanitaire, les associations d’aides alimentaires de la Ville rose n’ont pas attendu le déconfinement pour les voir arriver. « Nous nous doutions qu’avec l’arrêt de l’économie, que certaines personnes en CDD ou ayant des petits jobs allaient se retrouver sans emploi, ce qui a été le cas aussi pour les étudiants. On a vu arriver des personnes que nous n’avions pas l’habitude de voir et beaucoup de familles pour lesquelles la fermeture des cantines scolaires a eu un impact et créé un déséquilibre budgétaire », explique Christiane Giovannini, la présidente des  Restos du cœur de Haute-Garonne.

De nouveaux bénéficiaires qui ont fait leur apparition dès le mois de mars. Et qui seront toujours là cet été, « car il n’y a pas de trêve pour la précarité », comme le soulignent les Restos, le Secours catholique et la Banque alimentaire. Au début de la crise, ces trois associations servaient 300 colis-repas, aujourd’hui ce chiffre est monté à 500.

Alors qu’au cours de l’été, les centres ont tendance à fermer, elles ont décidé de s’associer pour répondre aux demandes qui ont subi une inflation ces dernières semaines. Les Restos et le Secours catholique ont enregistré une hausse de plus de 25 % du nombre de bénéficiaires quand la Banque alimentaire qui fournit 120 associations a vu ce chiffre grimper de 60 %.

A compter du 1er juillet, et durant les deux mois d’été, leurs bénévoles vont distribuer chaque soir près de 600 colis repas à ceux qui en auraient besoin sur quatre sites identifiés. Cette campagne baptisée « Estival 2020 » avait déjà eu lieu l’an dernier, avec l’appui du CHU de Toulouse et de la mairie de Toulouse.

Surcoût des règles sanitaires

Mais la crise du Covid-19 a rebattu les cartes de cette opération de solidarité en raison des contraintes sanitaires. « Depuis le début de la crise nous avons déboursé 18.000 à 19.000 euros en raison de la crise, elle nous contraint en effet à utiliser des barquettes et emballages individuels pour faire les colis, nous sommes aussi obligés d’acheter des produits alimentaires en boîtes individuelles, ainsi que des couverts, serviettes ou encore gobelets pour le café », relève Christiane Giovannini qui en appelle à la solidarité des collectivités mais aussi des particuliers dont les dons ont baissé ces derniers temps.

Appel aux dons et aux bénévoles

Et si les entreprises veulent participer en donnant du gel hydroalcoolique ou des gants, elles sont les bienvenues. Car la règle est à la distanciation sociale, comme partout ailleurs. Ce qui nécessite aussi d’avoir un nombre important de bénévoles, pour éviter qu’ils soient sur plusieurs postes à la fois et contaminent un nombre de personnes importantes en cas d’infection.

Un appel est donc lancé à toutes les bonnes volontés qui voudraient donner cet été quelques heures ou quelques jours de leur temps pour la bonne cause en préparant ou distribuant des repas (benevole.estival2020@gmail.com).