Les moteurs n'auront pas l'Alsace-Lorraine

Charlotte Boitiaux et Hélène Ménal - ©2008 20 minutes

— 

« Plus un bruit d'avertisseurs ! Le bonheur ! » A l'instar de cette cliente d'un magasin de chaussures, les piétons du centre-ville se réjouissent de la fermeture définitive de la rue d'Alsace-Lorraine aux véhicules motorisés. La mesure est valable 24 h/24 et 7 j/7. Fini donc les ouvertures temporaires dont les modalités changeaient tout le temps.

Désormais, en dehors de certains riverains ou des professionnels (voir encadré), tout le monde est stoppé par la borne amovible qui ferme la voie à l'angle de la rue de Metz. Après un raté « technique » hier matin, l'appareil a fait son office dès le début d'après-midi, en présence de deux policiers municipaux. « Ce n'est pas très bien indiqué mais je prends ça avec philosophie », assure un automobiliste sommé de poursuivre tout droit. « Il va falloir un petit peu de temps pour que ce changement devienne une habitude, reconnaît Isabelle Hardy, l'adjointe au commerce. Mais je suis très confiante et ravie que cette mesure puisse mettre fin aux conflits de cohabitation dans une rue où passent parfois jusqu'à 8 000 piétons par heure. » Les commerçants de l'axe semblent, en tout cas, satisfaits : « Les clients seront plus sereins. Et c'est tant mieux, à l'approche de Noël », estime une professionnelle.

Les vélos aussi sont à la fête. Ils sont maintenant autorisés à circuler dans les deux sens sur la voie, qui jusqu'à hier, était réservée aux voitures. Mais tant que l'intégralité de la rue n'est pas aménagée, la mairie leur conseille « du bon sens » et donc de mettre pied à terre devant le square De-Gaulle, les jours de forte affluence. Finalement, les seuls usagers vraiment énervés par cette révolution sont les deux-roues à moteur. « C'est absurde ! Je travaille en centre-ville et je suis obligé de faire un immense détour », se plaint Cédric, un conducteur de scooter. « Pourquoi les vélos passeraient et pas les motos ? C'est inadmissible ! », s'exclame un motard excédé.