Municipales 2020 à Toulouse : Nadia Pellefigue (PS) retire sa candidature, laissant le choix à ses colistiers de fusionner avec Archipel

POLITIQUE Après l’échec des négociations avec la liste menée par l’écologiste Antoine Maurice (Archipel citoyen), elle a annoncé ce lundi le retrait de sa candidature ne voulant pas être « un obstacle » au rassemblement

Béatrice Colin

— 

La tête de liste de
La tête de liste de — FRED SCHEIBER/SIPA
  • Après le premier tour des municipales, deux candidats de gauche étaient toujours en lice face au maire sortant, Jean-Luc Moudenc (LR) : l’écologiste Antoine Maurice (27,56 %) et la socialiste Nadia Pellefigue (18,53 %).
  • Les tractations entre les deux candidats de la gauche ayant échoué, Nadia Pellefigue a décidé de se retirer.
  • Dans un message vidéo, elle regrette l’échec des négociations, tacle certains de ses colistiers mais indique ne pas vouloir être un obstacle au rassemblement.

« Je ne serai pas un obstacle au rassemblement ». Dans un message vidéo posté lundi matin sur les réseaux sociaux, la candidate de la liste Une nouvelle énergie (PS-PRG-PCF), la socialiste Nadia Pellefigue, a annoncé qu’elle retirait sa candidature pour le second tour des municipales toulousaines.

Arrivée en troisième position le 15 mars avec 18,53 % derrière le maire sortant (LR), Jean-Luc Moudenc (36,18 %) et la liste Archipel citoyen (EELV-LFI) conduite par Antoine Maurice (27,56 %), elle indique ne pas avoir réussi à aboutir dans les négociations.

La socialiste avait proposé à son homologue écologiste un ticket pour le second tour​ : lui à la mairie, elle à la métropole. Une proposition déclinée par Antoine Maurice et son équipe.

« Je n’ai pas réussi à convaincre du caractère innovant et positif du ticket formé par un homme et une femme d’une nouvelle génération à la tête de la ville et de la métropole », déplore-t-elle dans son message vidéo.

Tensions entre colistiers

Elle pointe aussi des désaccords de fond, notamment au niveau économique ou encore sur des projets phares telle que la LGV. Et elle en profite pour tacler certains de ses colistiers qui ont fait en fin de semaine dernière des annonces dans la presse, indiquant qu’il n’y avait « aucun obstacle au rassemblement ». Des tensions sont en effet apparu ces derniers jours au sein d’Une nouvelle énergie, certains comme le sénateur socialiste Claude Raynal, prônant la fusion avec Archipel afin de reconquérir le Capitole.

« Je suis triste de constater que certains se sont affranchis du collectif », tacle Nadia Pellefigue, par ailleurs vice-présidente de la région Occitanie.

Mais ne voulant pas être un « obstacle au rassemblement », elle indique que demain, dernier jour de dépôt des listes elle autorise ses colistiers à fusionner avec la liste Archipel citoyen pour ceux qui le désireraient. Une liste d’union de la gauche était créditée de 52 % des voix face à Jean-Luc Moudenc dans un sondage Ifop pour Archipel vendredi.

Reste à savoir quels seront les candidats prêts à fusionner. Quelle que soit la liste menée par Antoine Maurice, Nadia Pellefigue lui souhaite « bonne chance ».

« Je la remercie pour la volonté qu’elle exprime de victoire de l’alternative », a indiqué dans un tweet Antoine Maurice qui dit regretter son choix.