Déconfinement à Toulouse : 41 écoles de plus rouvriront le 25 mai, avant 100 % des primaires le 2 juin

EDUCATION Jusqu’au 25 mai, seul un tiers des écoles seront rouvertes avant l’ouverture de 41 établissements supplémentaires. Deux semaines plus tard, ce chiffre devrait atteindre 100 %

Béatrice Colin

— 

Dans une école toulousaine dans le quartier de Borderouge.
Dans une école toulousaine dans le quartier de Borderouge. — Lionel Bonaventure / AFP
  • Depuis le 12 mai, seul un tiers des écoles a rouvert à Toulouse.
  • Le 25 mai, 41 écoles de plus accueilleront des élèves en plus des 68 déjà ouvertes, l’objectif étant de toutes les rouvrir le 2 juin.
  • Pour désinfecter les locaux, 140 recrutements d’agents en contrat temporaire sont en cours.

La nouvelle est tombée en cette fin de semaine dans les boîtes mails des parents d’élèves de la Ville rose. Après avoir rouvert 68 des 206 écoles le 12 mai, la mairie de Toulouse et le rectorat ont indiqué que 41 supplémentaires allaient accueillir à nouveau des élèves à compter du 25 mai.

Soit 53 % des écoles, plus particulièrement celles classées en « Education prioritaire » et qui auront un taux d’ouverture à cette date de 73 %. Et l’objectif est d’ouvrir la totalité des établissements d’ici au 2 juin, avec une priorité donnée aux élémentaires.

« Stratégie de réouverture progressive »

« Nous poursuivons notre stratégie de réouverture progressive plutôt que de rouvrir à la va-vite », assure le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR), pointant que la fréquentation des écoles cette semaine avait été en dessous des prévisions et même des sondages réalisés auprès des parents. Reste que certains d’entre eux ont repris le chemin du travail et se retrouvent en difficulté pour gérer leurs enfants.

« Mais jusqu’à présent, certains de nos agents n’avaient pas de solutions de garde pour leurs enfants, ce qui était un véritable problème. Le rectorat nous a entendus pour qu’ils soient scolarisés en priorité », indique le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR).

Recrutements de 140 agents

Mais l’ensemble des effectifs du personnel communal ne pourra pas être à 100 % sur le pont pour désinfecter les écoles, certains de ses membres présentant notamment des comorbidités, d’autres étant en garde d’enfants.

« Aujourd’hui le protocole sanitaire est difficilement applicable. Il y a actuellement quatre agents techniques par école, mais il en faut six à sept, voire plus, multiplié par 206 écoles, il nous manque donc des agents. Nous sommes en train de recruter 140 agents en contrat temporaire, nous allons voir aussi en interne et faire appel à des prestataires externes », détaille Marion Lalane-de-Laubadère, adjointe à l’Education.

Ces mesures auront donc un coût, mais « le critère absolu reste la sécurité sanitaire, c’est non négociable ».