Coronavirus à Toulouse : Le CHU de Toulouse ouvre un « drive » de dépistage du Covid-19

VIROLOGIE Le laboratoire de virologie du CHU de Toulouse va être en mesure à compter de la semaine prochaine de procéder à 3.000 tests Covid-19 par jour

Béatrice Colin

— 

Un drive de dépistage du Covid-19, ici à Saint-Nazaire. (Illustration)
Un drive de dépistage du Covid-19, ici à Saint-Nazaire. (Illustration) — S. SALOM-GOMIS/SIPA
  • Pour éviter une nouvelle vague après le déconfinement, une politique de dépistage massif des possibles malades du Covid-19, et de ceux avec qui ils ont été en contact, est mise en place.
  • Pour réaliser ces tests, un « drive » de dépistage va être mis en place par le CHU de Toulouse à partir de la semaine prochaine.
  • Son laboratoire de virologie pourra réaliser jusqu’à 3.000 tests quotidiens, avec des résultats en 12 ou 24 heures selon l’urgence.

A partir de lundi, lors de symptômes évocateurs du Covid-19, il sera possible de se faire dépister sur prescription médicale. Fin avril, Edouard Philippe avait précisé que l’objectif était de réaliser 700.000 tests virologiques par semaine. Ce jeudi, Olivier Véran, le ministre de la Santé, a estimé que la France était prête à tester massivement alors que le déconfinement se profile.

A Toulouse, cela pourra se faire dans les laboratoires classiques. Mais aussi à partir de mardi dans un «drive» mis en place par le CHU de Toulouse​. Là, muni de leur ordonnance, les habitants de la métropole pourront être dépistés, tout en restant dans leur voiture.

« Le laboratoire de virologie s’est préparé pour pouvoir augmenter ses capacités et réaliser ces tests PCR. En moyenne, nous en réalisons 500 à 600 par jour, à partir du 11 mai, nous pourrons en faire jusqu’à 3.000 par jour, avec des résultats dans les 12 à 24 heures, avec une priorité pour les patients isolés », souligne Jacques Izopet, chef du service virologie.

Ce « drive » sera ouvert du lundi au vendredi, de 7h à 20 h, au niveau du bâtiment U2000 de l’hôpital Purpan, dont l’entrée se fait par la place Baylac. Si la prise de rendez-vous par téléphone (05 61 77 66 66) débute lundi, les tests physiques se dérouleront à proprement parler dès mardi.

« Le laboratoire se prépare aussi à une autre étape, celle des tests sérologiques, pour le moment non homologués. Dès qu’ils le seront et que les réactifs seront livrés, nous estimons avoir la capacité de pouvoir en faire jusqu’à 1.000 par jour », poursuit le professeur Izopet.

Ne pas être faussement rassuré

Un moyen pour contenir une éventuelle une nouvelle vague de cas. Jeudi, sur les 1.600 patients hospitalisés au CHU, 57 l’étaient en raison de l’épidémie de coronavirus et 15 malades positifs au Covid-19 se trouvaient en réanimation. « Les derniers cas graves pris en charge à Purpan sont arrivés il y a 23 jours à Purpan et une dizaine de jours à Rangueil. Certains sont hospitalisés depuis 40 jours, des cas graves dont le pronostic est encore incertain, d’autres sont en cours de déventilation », souligne Béatrice Riu, responsable du service de réanimation polyvalente à l’hôpital Purpan.

Mais face à cette éclaircie, « il ne faut pas être faussement rassuré », prévient Pierre Delobel, chef du service des maladies infectieuses et tropicales. « Le virus continue de circuler, au cours des dernières 24 heures nous avons eu trois hospitalisations au sein du service. Ce qui sera la clé, ce sera le bon dépistage, la distanciation sociale, le port du masque et dans quelle mesure cela va être appliqué », prévient le praticien à quatre jours du déconfinement.