Coronavirus à Toulouse : Pour échapper au contrôle l’ado donne un nom d’emprunt… et fait (vraiment) le mauvais choix

ALIAS Pour échapper à un contrôle de confinement, un jeune Toulousain a donné un faux nom… celui d’un quintuple récidiviste réfractaire aux consignes sanitaires

H.M.
— 
Un brassard de police. Illustration.
Un brassard de police. Illustration. — Witt - Sipa

Quand on emprunte l’identité de quelqu’un, il vaut mieux se renseigner sur ses antécédents. Un Toulousain, âgé de 15 ans, l’a appris à ses dépens mardi soir. De source policière, l’ado s’est fait remarquer vers 23h30 dans le quartier populaire d’Empalot alors qu’il tentait de se soustraire à un contrôle de confinement mené par la brigade anticriminalité.

Rattrapé, le garçon a été prié de décliner son identité. Il s’est exécuté et les policiers ont passé immédiatement son état civil à la moulinette de leurs fichiers. Pour s’apercevoir qu’il s’agissait d’un individu ayant déjà été pris cinq fois pour non-respect du confinement, alors que le délit passible du tribunal correctionnel est constitué à partir de trois verbalisations. Ni une, ni deux, les forces de l’ordre ont embarqué le récidiviste pour une garde à vue. Sauf qu’il s’agissait d’un nom d’emprunt, probablement celui, mal choisi, d’une connaissance.

La suite est moins cocasse. L’ado s’est énervé, il a copieusement outragé les policiers allant jusqu’à les menacer de mort. Il a donc fini en garde à vue quand même, mais pour d’autres raisons.

Il n’a tout de même pas choisi le plus chevronné des récidivistes. Mardi toujours, mais à 11 h dans le quartier de la Reynerie, un homme de 18 ans s’est fait contrôler sans attestation… pour la dixième fois depuis le 29 mars.