Coronavirus à Toulouse : Pas de couvre-feu… pour l’instant

EPIDEMIE Pour l’heure à Toulouse, c’est plutôt en journée que les entorses au confinement posent problème

H.M.

— 

Le centre-ville de Toulouse au "jour 3" du confinement.
Le centre-ville de Toulouse au "jour 3" du confinement. — F. Scheiber - Sipa

A Villefranche-de-Rouergue, dans l’Aveyron, ou à Carcassonne, dans l’Aude, le couvre-feu s’est imposé après un premier week-end de confinement jalonné d’entorses aux règles. Mais pas à Toulouse. Dans sa vidéo quotidienne diffusée sur les réseaux sociaux, Jean-Luc Moudenc (LR), le maire de la Ville rose, écarte « pour le moment » ce recours. « Le couvre-feu est une interdiction de circuler en soirée, explique l’édile. Nous avons constaté, Monsieur le préfet et moi, que les problèmes d’irrespect des règles de confinement ne se posaient pas en soirée mais plutôt dans la journée ».

Jean-Luc Moudenc prévient toutefois que la « situation sera actualisée tous les jours ».

Du monde sur les berges

Dans la Haute-Garonne, 505 PV ont été dressés dimanche et 8.413 personnes ont été contrôlées, selon les chiffres qu’a pu se procurer La Dépêche du Midi. A Toulouse, les policiers ont pu constater que l’interdiction de fréquenter les berges de la Garonne et surtout du Canal du Midi, y compris pour les adeptes du jogging, n’avait pas encore fait son chemin.

Enfin, même sans couvre-feu, contrevenir aux règles va s’avérer de plus en plus périlleux dans la Ville rose. Le maire se dit en effet favorable à ce que les policiers municipaux puissent aussi verbaliser, dès que le Parlement en aura donné la possibilité légale.