Toulouse : Stops et feux grillés, rabattements limite… Un chauffeur-livreur filme « l’enfer de la route »

INCIVILITES Olivier, un chauffeur-livreur toulousain, a « ventousé » une caméra sur son pare-brise. Il diffuse sur YouTube les innombrables incivilités et entorses à la conduite qu’il croise sur sa route

Hélène Ménal

— 

Un automobiliste qui tourne trop court...
Un automobiliste qui tourne trop court... — Olivier le Toulousain - YouTube
  • Un chauffeur-livreur toulousain alimente sa chaîne YouTube avec les vidéos des incivilités qu’il croise en conduisant.
  • Sa dashcam filme non-stop dès qu’il met le contact.
  • Il estime que conduire à Toulouse, en particulier pour un poids lourd, est un véritable « enfer ».

Entre les automobilistes qui grillent les stops pour le coiffer au poteau ou ceux qui traversent toutes les voies de la rocade pour attraper une bretelle in extremis, « il ne se passe pas un jour sans qu’il arrive quelque chose » à Olivier, chauffeur-livreur par intérim à Toulouse.

Du petit matin à la nuit tombée, ce Parisien de 48 ans, exilé depuis dix ans dans la Ville rose, avale les kilomètres et cumule les frayeurs. Et maintenant les vues sur YouTube.

Car il a « ventousé » une dashcam sur son pare-brise et filme non-stop les incivilités qu’il croise sur la route. « La caméra démarre quand je mets le contact », précise Olivier. Ensuite, il n’a plus qu’à cliquer sur un bouton pour « marquer » les séquences – d’où les « clic clic » en bruit de fond de ses vidéos – et les repérer plus vite pour ses montages.

Plaques floutées

Les chauffards occasionnels, dont la plaque est désormais floutée, surgissent de partout, du simple automobiliste distrait au « winner du jour » qui prend tous les ronds-points au raz du terre-plein pour, semble-t-il, optimiser ses trajectoires.

Au départ, l’idée d’installer une caméra (d’abord une GoPro) lui est venue par prudence, « au cas où j’aurais un constat à faire ». Comme ce jour où une voiture l’a forcé à se rabattre avec lui dans une bretelle pour éviter de se retrouver derrière son camion. « Ce que je veux montrer, c’est surtout la difficulté de conduire un poids lourd dans Toulouse », précise le youtubeur.

Et effectivement, on ne compte plus les automobilistes qui s’affranchissent de marquer un stop pour ne pas avoir à le suivre. Olivier filme aussi ce qu’il appelle « l’enfer de la route » quand il est en voiture. « C’est l’anarchie, le règne du chacun pour soi », martèle celui qui a ses « 12 points sur [son] permis » mais ne veut pas s’ériger en donneur de leçons.

D’ailleurs ses followers ne le ratent pas. Certains trouvent qu’il ne respecte pas assez les distances de sécurité. « Je suis humain, et même si je fais attention, il m’arrive aussi de faire des bêtises », reconnaît celui que vous avez peut-être croisé ce matin.