Verbalisé pour ses concerts de rue, le chanteur non-voyant Kessy Mac Queen envisage de quitter Toulouse

POLEMIQUE Le chanteur aveugle, qui s'est fait connaître grâce à ses concerts dans les rues de Toulouse, a été verbalisé quatre fois par la police municipale

J.R.

— 

Kessy Mac Queen a sorti le single de son premier album le 22 janvier et se produit régulièrement dans les rues de Toulouse.
Kessy Mac Queen a sorti le single de son premier album le 22 janvier et se produit régulièrement dans les rues de Toulouse. — Kessy Mac Queen
  • Installé depuis six mois dans la Ville rose, Kessy Mac Queen chante régulièrement dans la rue pour se faire connaître.
  • Alors que son premier single est sorti le 22 janvier, l'artiste a été verbalisé plusieurs fois par la police municipale pour ses prestations de rue.
  • Malgré une pétition qui a réuni près de 3.000 signatures de soutien, le chanteur réfléchit à quitter Toulouse d'ici quelques mois. 

Connu des Toulousains grâce à ses concerts dans les rues de Toulouse, le chanteur Kessy Mac Queen, aveugle de naissance, se serait bien passé de cette polémique alors que le single de son premier album, Wonderfull World, est sorti sur les ondes le 22 janvier.

Verbalisé quatre fois par la police municipale pour ses prestations musicales sur l’espace public, l’artiste a lancé une pétition à destination du maire de Toulouse, qui rassemble près de 3.000 signatures. Las de ne plus pouvoir rencontrer son public dans la rue, il envisage de quitter la Ville rose d’ici quelques mois.

Actuellement en promo à Paris

« Kessy est actuellement à Paris pour faire la promotion de son premier single, mais ces verbalisations l’ont affecté car chanter dans la rue, c’est une thérapie pour lui, cela lui permet d’être au contact des gens, raconte Driss El Hardouni, son manager. La mairie nous indique qu’il faut demander une autorisation dans la rue mais c’est très difficile de l’obtenir et toutes les villes n’en demandent pas, par exemple Paris. Il réfléchit donc à quitter Toulouse ».

Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, qui a déjà rencontré l’artiste lors de ses concerts de rue, s’est exprimé sur ces verbalisations sur sa page Facebook. « Comme il chantait sans autorisation et fort bruyamment, et que j’avais déjà reçu des protestations à son sujet, je lui ai conseillé de régulariser ses interventions sur la voie publique et de chanter moins fort. Lui et son accompagnateur m’ont dit oui. La mairie de Toulouse l’a, depuis, contacté à de multiples reprises. Jamais il n’a donné suite, ignorant délibérément nos demandes. (…) Il y a un moment où la provocation, réitérée des mois et des mois, ne peut plus durer, la collectivité ayant fait preuve d’une patience incompréhensible pour beaucoup, qui avaient fini par y voir une trop complaisante faiblesse ».

L’artiste a été verbalisé à chaque fois pour « émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage » et « occupation illégale du domaine public ».