Toulouse : On a testé la Cité des enfants, qui met l’immensité de l’Espace à la portée des tout-petits

SCIENCES L’infiniment grand à la portée des tout-petits. Exit les informations inaccessibles, la Cité de l’Espace de Toulouse vient d’ouvrir deux étages d’exposition permanente pour les 4-8 ans

Claire Manière

— 

A la Cité de l'Espace de Toulouse, la Cité des petits a été spécialement conçue pour les 4-8 ans.
A la Cité de l'Espace de Toulouse, la Cité des petits a été spécialement conçue pour les 4-8 ans. — Claire Manière / 20 Minutes
  • Même en étant de plus en plus ludique, la savante Cité de l’Espace de Toulouse pouvait encore faire office de trou noir pour les plus jeunes.
  • Pour y remédier, elle a conçu un espace d’exposition sur deux étages à destination expresse des 4-8 ans.
  • Collaborative, la Cité des petits a reçu l’assentiment officiel d’experts en culottes courtes.

« Je m’amuse bien ici ! » Tom, 6 ans et demi, a la tête dans les étoiles ce matin. Accompagné de sa mère et de sa petite sœur, il découvre la Cité des petits​ qui vient d’ouvrir à la Cité de l’espace de Toulouse. Au pied de la fusée Ariane 5, c’est un lieu spécialement consacré aux enfants de 4 à 8 ans curieux de découvrir l’univers.

Une animation de la Cité des petits à la Cité de l'Espace.

De quoi est constituée une fusée ? Quelles sont les contraintes de l’Espace pour les astronautes ? Autant de questions auxquelles se propose de répondre l’expo, toujours de façon ludique. « Le principal objectif est de rendre l’Espace accessible aux plus jeunes, par le jeu, explique Emma Esquerre, responsable du projet. Il faut éveiller leur curiosité. » Sur deux étages blancs et lumineux, le monde des fusées et celui des astronautes incitent à rêver plus haut.

Ni pull, ni paquet de gâteaux pour le grand saut

L’équipe de muséographie du parc scientifique a pris deux ans pour mettre au point cette version miniature. Avec de véritables experts pour le choix des animations : des enfants de 4 à 8 ans. Le résultat est attractif, comme l’explique Chloé, maman de deux filles de 3 ans et 6 ans et demi : « Ça les intéresse, surtout l’idée du changement du corps dans l’espace, visible avec des miroirs déformants. L’idée d’adapter le musée aux petits est bonne. J’étais venue avec des enfants de 9 et 10 ans il y a quelques années, et je trouvais que c’était un peu trop compliqué pour eux. »

Histoire de garder les pieds sur Terre, un animateur scientifique se charge de l’atelier concret « Que prendre dans l’Espace ? » Un tee-shirt ou un pull ? Des pâtes, une boîte de conserve ou un paquet de gâteaux ? Les enfants réalisent que pour quitter le plancher des vaches, il ne faut pas s’encombrer.

Décollage collaboratif

Autre atelier, autre pédagogie. Quatre pédaliers font face à un écran. En 30 secondes, Tom pédale pour comparer les vitesses de différents moyens de transport : le vaisseau spatial, l’avion, la voiture et le vélo. « C’est mon jeu préféré ! », lance-t-il à la volée avant de courir se glisser dans la peau d’un astronaute en enfilant un casque.

3… 2… 1… Brrrrr Décollage immédiat ! La « mission lancement » consiste à assembler avec de grandes pièces en 3D la fusée affichée à l’écran et à la faire décoller en collaboration avec un autre enfant. « Il y a beaucoup de jeux collaboratifs pour rapprocher les enfants d’une même fratrie par exemple », souligne Philippe Droneau, directeur chargé des publics. Alors, bien sûr, un enfant de 4 ans ne saisira pas tout l’intérêt de la démarche. Chloé avoue de son côté qu’« il y a encore des notions et du vocabulaire compliqués ». « Coucou maman je te vois », lance l’une de ses à travers le hublot d’un vaisseau spatial… La visite est terminée, il est temps d’atterrir.