Toulouse : Enfin un avion studio pour tourner des scènes de cinéma

CINEMA Un vrai studio de tournage ouvrira ses portes au printemps à Toulouse, avec pour locomotive un décor d’avion en taille réelle. Un équipement rare, très attendu par la profession

Hélène Ménal

— 

La maquette d'avion du studio toulousain Le Grand Set
La maquette d'avion du studio toulousain Le Grand Set — Master Films
  • Tourner en France une scène dans un avion s’apparente pour l’heure à un parcours du combattant.
  • Mais le manque sera bientôt comblé avec l’ouverture au printemps à Toulouse d’un nouveau studio de tournage.
  • Sa vedette sera un décor d’avion, entièrement modulable.

Deux fauteuils d’avions et deux hublots ont fait sensation la semaine dernière au salon des tournages de Paris. Ce morceau d’aéronef en provenance de Toulouse est une petite partie du grand décor en construction dans un nouveau studio de tournage de 1.200 m2 baptisé Le Grand Set et situé à Colomiers, au cœur de la zone aéronautique.

Ce décor d’avion « neutre et transportable », à taille réelle, sera opérationnel au mois d’avril 2020, indique François Cadène, le directeur du Grand Set. Il pourra être configuré à la demande « en classe business ou en monocouloir », ses cloisons et le plafond seront amovibles histoire de gagner en profondeur de champ ou de filmer en contre-plongée. Et si cette nouveauté a tant fasciné les professionnels de la capitale, c’est que ce décor permettant de filmer en intérieur des scènes d’avion, comme on peut le faire dans les grands studios d’Hollywood, est une perle rare en Europe.

Les scénaristes vont être contents

« A l’heure actuelle, la seule possibilité pour les équipes est de louer un avion cloué au sol à une compagnie ou à un constructeur, sans vraiment avoir le choix de la date, ni de la configuration », explique Delphine Comin, directrice de production du studio. Sans parler de l’étroitesse frustrante de lieux. Elle soupçonne même que les scénaristes s’autocensurent pour contourner la difficulté en se contentant de scènes « où l’on se contente d’aller chercher ou de déposer un personnage à l’aéroport ».

« En fait nous ouvrons le champ des possibles », résume Bernard Birebent, le patron de Master Films, société de production jusqu’ici bien connue des entreprises et acteurs institutionnels pour ses tournages aéronautiques et maison mère du Grand Set. Elle assurera aussi le rôle de producteur exécutif, capable de concevoir des décors à la demande grâce à sa menuiserie maison, ou de recruter techniciens, maquilleurs ou figurants.

En attendant la version française de Y a-t-il un pilote dans l’avion ? ou d’un film catastrophe, le Bureau des tournages de Toulouse Métropole se félicite de ce nouvel équipement. « Ce sera un atout supplémentaire incontestable pour attirer les projets », estime Isabel Birbes, chargée des projets audiovisuels dans cet organisme dont la mission est de susciter un maximum de tournages à Toulouse.

Elle reconnaît que, pour l’instant, ce sont plutôt les décors naturels, type berges de Garonne, qui tapent dans l’œil des réalisateurs, comme pour le long-métrage qui verra Laetitia Casta tourner à Toulouse en février et mars. Pas encore les vraies fausses carlingues d’avion.