Toulouse : Grâce à une méthode bien rodée, des policiers municipaux ne mettaient plus un sou dans l’horodateur

PAS DE PRUNE Grâce à des tickets annotés placés derrière les pare-brise, certains policiers municipaux bénéficiaient d’un passe-droit pour ne pas prendre de PV. La mairie a rappelé à l’ordre ses agents

Béatrice Colin
— 
Illustration d'une horodateur dans le centre ville de Toulouse.
Illustration d'une horodateur dans le centre ville de Toulouse. — Frédéric Scheiber/20MINUTES
  • Pour éviter de payer le stationnement et de se prendre une amende, des agents municipaux faisaient savoir à ceux chargés de verbaliser qu’ils étaient collègues grâce à une annotation sur le ticket.
  • Une pratique dénoncée par un syndicat de la collectivité.
  • La mairie indique qu’elle a rappelé à l’ordre ses agents pour que cela ne se reproduise plus.

Le système était bien rodé, connu de nombreux employés de la ville de Toulouse et utilisé par un certain nombre d’entre eux. Notamment des policiers municipaux du côté de la rue Maurice-Hauriou, non loin de leur QG, à quelques mètres de la Garonne.

Pour ne pas payer le stationnement, certains avaient pris l’habitude d’annoter le ticket qu’ils plaçaient derrière leur pare-brise. Des signes distinctifs – numéro d’agent ou autres – qui leur permettaient de ne pas prendre de prune lorsqu’ils ne trouvaient pas à se garer dans l’enceinte du poste central situé juste à côté. Les tickets étaient payés par exemple pour deux heures alors que le stationnement durait la journée. Mais grâce à l’annotation, celui qui verbalisait pouvait faire preuve d’indulgence à l’égard de son collègue a révélé La Dépêche du Midi.

Une pratique dénoncée par Benoît Fontanilles du syndicat autonome (FA-FPT) dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux vendredi. « C’est une pratique très répandue. Il n’y a pas que les policiers municipaux, mais, eux, ils sont censés mettre des PV aux autres. C’est une fraude délibérée alors qu’il y a un code de déontologie », avance aurpès de 20 Minutes le syndicaliste de la mairie pour qui les responsables étaient au courant, certains mettant même en pratique la combine.

Rappel à l’ordre selon le Capitole

Une affirmation dont se défend la municipalité. « S’il apparaît qu’elle a pu être occasionnelle, nous avons demandé depuis aux agents de surveillance de la voie publique (ASVP) qu’un contrôle strict de tous les véhicules soit opéré, sans dérogation et un rappel à l’ordre a été réalisé auprès de l’ensemble des agents. Une vigilance particulière a été demandée afin de s’assurer que ce procédé a bien cessé et ce définitivement », indique Ghislaine Magne, directrice générale aux sécurités.

Cette dernière reconnaît par ailleurs que le stationnement au sein du poste central est très limité et « ne répond pas entièrement aux besoins de stationnement des fonctionnaires ».

Dès le lendemain de la parution de la vidéo, une note de service a bien été envoyée aux agents pour que « cette pratique corporatiste ancienne, qui semble perdurer malgré les rappels, cesse immédiatement ». Dans le même mail, qui s’inquiète de l’impact médiatique de cette affaire, des contrôles systématiques à partir de cette semaine sont annoncés dans les rues concernées, et là tout le monde est concerné.