« Gilets jaunes » à Toulouse : Un jet de gaz lacrymogène à proximité d'enfants fait polémique

MANIFESTATION Deux vidéos tournées ce week-end lors de l’acte 61 des « gilets jaunes » suscitent la critique contre les forces de l’ordre

Béatrice Colin

— 

Lors d'une manifestation des
Lors d'une manifestation des — Fred Scheiber / 20 Minutes
  • Une vidéo tournée lors de l’acte 61 des « gilets jaunes » montre des policiers jetant des grenades lacrymogènes alors que des enfants se trouvent à proximité.
  • Samedi, le même jour, un policier a été filmé en train de faire croche-pied à une manifestante. Une attitude visée par Christophe Castaner lors de ses vœux aux forces de l’ordre à qui il demande l’exemplarité.

Depuis samedi, la vidéo tourne en boucle sur les réseaux sociaux. Comme chaque samedi depuis 61 semaines, les « gilets jaunes » se sont donné rendez-vous dans le centre-ville de Toulouse. Après avoir manifesté dans les rues du centre-ville, ils se retrouvent place Saint-Georges.

Dans ce jeu du chat et de la souris, ils sont suivis de près par des policiers. Sur l’extrait sur YouTube sur le site AB7 media, l’un d’entre eux jette alors une grenade de gaz lacrymogène [à 7 minutes 12 sur la vidéo]. Sauf qu’à quelques mètres de là, sur la droite, se trouve un espace de jeux où se trouvent des enfants. Apeurés par les événements et la violence du moment, on voit une petite fille pleurer et une maman avec un enfant en poussette prise au dépourvu. Un policier se dirige alors vers elles pour les évacuer de la place.

« Incroyable, il y a encore des enfants qui jouent dans les rues de Toulouse le samedi. Il faut vite le dire à Christophe Castaner, qu’il prévienne la police », ironise Gérard Miller sur son compte.

Des critiques similaires se sont multipliées depuis quarante-huit heures sur les réseaux sociaux remettant en cause l’intervention des policiers sur la place.

« Des manifestants venaient d’incendier des objets sur la voie publique, deux ou trois grenades à main ont été lancées pour disperser les manifestants violents qui se trouvaient là. Alors qu’ils prennent la fuite, derrière eux, sur la droite, ils ont vu que se trouvaient des enfants, ils se sont précipités pour les évacuer », explique-t-on à la sûreté départementale de la Haute-Garonne.

Croche-pied d’un policier taclé par Castaner

Cette polémique intervient après une seconde, en marge de la même manifestation. Plus tard dans la journée, alors que le cortège est dispersé, un policier qui se sait filmé fait un croche-pied à une manifestante qui est en train de refluer, sans qu’elle puisse anticiper ce geste.

Une attitude taclée ce lundi par le ministre de l’Intérieur dans ses vœux aux forces de l’ordre. « C’est l’honneur de la police qui est en jeu, on ne fait pas de croche-pied à l’éthique, sauf à s’abaisser, à abaisser la police », a relevé Christophe Castaner.

La veille, Edouard Philippe avait aussi jugé inacceptable ce croc-en-jambe. Mais avait pondéré en indiquant que la mission des policiers « est incroyablement difficile, parce qu’elle est incroyablement importante ».