Toulouse : Les démolitions (et les déménagements) débutent pour laisser place au nouveau quartier de la gare

URBANISME Ce lundi, quatre bâtiments de l’avenue de Lyon vont être démolis dans le cadre de la rénovation du nouveau quartier Matabiau-quai d’Oc. Les immeubles ont été rachetés et 32 familles sont en cours de relogement

Julie Rimbert

— 

Quatre immeubles vont être démolis à l'angle de l'avenue de Lyon, le boulevard Pierre Semard et la rue du Maroc.
Quatre immeubles vont être démolis à l'angle de l'avenue de Lyon, le boulevard Pierre Semard et la rue du Maroc. — J. Rimbert
  • Initié en 2007 sous le nom de Teso, le projet de nouveau quartier Matabiau-quai d’Oc a été déclaré d’utilité publique en décembre.
  • 310 lots d’immeubles ou de bâtiments ont déjà été rachetés par la mairie pour sortir de terre ce quartier d’affaires.
  • Près de 32 ménages qui ont dû quitter leur habitation seront relogés d’ici juin.

Depuis 2011, chaque bâtiment ou immeuble vacant du quartier Matabiau-Bonnefoy est inexorablement racheté par la mairie de Toulouse pour faire sortir de terre le nouveau quartier Grand Matabiau – quais d’Oc, articulé autour de l’arrivée, sans cesse repoussée, de la Ligne à grande vitesse. Initié en 2007 sous le nom de Teso (Toulouse EuroSudOuest), le projet a été déclaré d’utilité publique en décembre 2019.

Après des années d’études et de rachat de foncier, les premières démolitions débuteront lundi sur l’avenue de Lyon. Quatre bâtiments à l’angle de cette artère, du boulevard des Minimes et de la rue du Maroc vont ainsi disparaître pour laisser place aux premières constructions de ce nouveau quartier, rassemblant des bureaux et des logements.

310 lots déjà rachetés

Près de 310 lots ont déjà été acquis dans le secteur par la mairie de Toulouse : 229 sur la phase 1 concernant l’avenue de Lyon, le bd Pierre Sémard et rue des Jumeaux, et 81 sur la phase 2 concernant les rues Saint-Laurent et des Cheminots. « 95 % de ces rachats ont été faits à l’amiable, nous commençons les processus d’expropriation quand il n’y a pas eu d’entente avec les propriétaires concernés, souligne Jean-Michel Lattes, élu référent du projet. Pendant la négociation, le prix était fixé par les Domaines mais désormais c’est le juge qui fixera le montant des indemnités d’expropriation ».

Les travaux de la première phase dureront deux mois, jusqu’à la mi-mars. Certains immeubles du quartier, qui étaient vides, ont déjà été détruits afin d’éviter les marchands de sommeil et les squats. Au total, ce sont 455 lots qui seront achetés pour un investissement de 70 millions d’euros sur tout le quartier.

32 ménages à reloger

Pour faire naître ce nouveau quartier toulousain, la mairie a conduit une enquête sociale très précise afin de reloger les habitants, contraints de partir à cause des démolitions.

« Pour l’instant, 32 ménages sont concernés, détaille Daniel Rougé, adjoint au maire délégué aux solidarités. Parmi eux, 22 ont accepté d’être relogés, 6 sont éligibles au logement social et 4 ont déjà été relogés. La ville leur propose des logements correspondant à leur profil, dans le centre-ville ou sur les faubourgs. C’est une procédure fine et maîtrisée ».

Ces Toulousains seront tous relogés au plus tard en juin promet la mairie.