Municipales 2020 à Toulouse: Un astronaute, des fidèles et des nouvelles têtes, voici la liste complète du sortant Jean-Luc Moudenc

POLITIQUE Jean-Luc Moudenc (LR) le maire sortant de Toulouse a présenté sa liste complète et « intangible » pour les Municipales 2020. Un « Mécano » rempli de messages

Hélène Menal

— 

Jean-Luc Moudenc (LR), le maire sortant de Toulouse.
Jean-Luc Moudenc (LR), le maire sortant de Toulouse. — B. Colin / 20 Minutes
  • Jean-Luc Moudenc (LR), qui veut rempiler au Capitole de Toulouse, est le premier à dévoiler une liste complète pour les municipales.
  • Un « Mécano » qui compte la moitié de candidats non encartés et rassemble large, de la droite souverainiste à LREM.
  • Il prévient qu’il s’agit d’une liste « intangible », le candidat ne négociera avec personne entre les deux tours.

Sur le calendrier, il est incontestablement en tête. Jean-Luc Moudenc (LR), le maire sortant de Toulouse, a dévoilé ce lundi la liste complète et « intangible » qu’il présentera en mars 2020 aux suffrages des habitants. Un savant dosage entre militants encartés et citoyens issus de la société civile, qui fait la part belle au renouvellement sans pour autant sacrifier les fidèles. Une liste qui trace en creux les lignes de force de sa campagne.

L’équilibriste de la parité

C’est sa touche, son credo. Comme en 2014, le sortant fait dans la parité, et pas seulement celle entre femmes et hommes imposée par la loi. Sa liste compte autant de citoyens non encartés que de militants politiques. « Les bonnes solutions pour Toulouse n’ont pas de couleur politique », pose-t-il considérant les habitants sans parti comme « les antidotes les plus efficaces contre les dogmatismes et les ruptures ». La parité civils/politiques est respectée y compris pour les 52 premiers colistiers considérés comme éligibles si la liste « Aimer Toulouse » l’emporte.

Le rassembleur rusé

Du septuagénaire Pierre Trautmann, baudisien historique, à ses fidèles de toujours comme Jean-Michel Lattes, Annette Laigneau ou la sénatrice Brigitte Micouleau, en passant par le technicien es métro Francis Grass, les piliers de sa majorité sont reconduits. Le sortant évite l’écueil des vieux compagnons trahis qui pourraient se répandre. Il se pose aussi en rassembleur en faisant la synthèse de toutes les sensibilités de la droite républicaine. LR, son parti, ne peut pas se plaindre, avec 15 colistiers éligibles.

Et le candidat se sort bien de sa médiatique alliance avec LREM qui, pour l’heure, lui permet d’éviter une liste concurrente au centre. Le parti présidentiel obtient cinq candidats éligibles, ni plus ni moins que dans la majorité municipale actuelle.

Le maire ferme, qui peut punir

Des élus LREM, comme Franck Biasotto (Logement) ou Sylvie Rouillon-Valdiguier (Tourisme) ont fait scission avec la majorité municipale au moment des Européennes. Ils ne seront pas de la prochaine aventure et cela ressemble à un retour de boomerang. Par ailleurs, en affirmant que la liste est « intangible » et en excluant toute négociation de deuxième tour, Jean-Luc Moudenc ferme la porte au MoDem qui ne l’a pas rallié en temps et en heure et à des velléités de lancer sa propre liste.

Des éléments de langage

Depuis que l’écologiste Antoine Maurice a été désigné chef de file de la liste citoyenne Archipel, Jean-Luc Moudenc en a fait sa cible principale. Il parle de la période où le socialiste Pierre Cohen dirigeait Toulouse (2008-2014) comme du mandat « Cohen-Maurice ». Le sortant propose « la garantie de la continuité plutôt qu’une rupture hasardeuse » et se moque de la gauche dispersée qui va « se livrer [entre les deux tours] à des bidouillages qui ne correspondent plus à ce que les gens veulent (…) en sacrifiant d’un trait de plume la moitié de leur liste ».

Des personnalités de poids

Celui qui est en apesanteur dans les sondages a aussi réussi à convaincre des personnalités emblématiques comme l’astronaute Philippe Perrin. Ce dernier fait partie du club restreint des neuf Français partis dans l’espace et officie désormais comme pilote d’essais chez Airbus. L’ex-présidente du Crif, Nicole Yardeni, très engagée dans la lutte contre l’antisémitisme et les discriminations figure aussi en position éligible.