Toulouse : De la toiture aux peintures, l’écrin de la Vierge Noire s’est refait une beauté

PATRIMOINE Après deux ans et demi d’importants travaux, la basilique Notre-Dame de la Daurade est ouverte au public tout le week-end pour découvrir la restauration de l’une des églises les plus anciennes de la Ville rose

Julie Rimbert

— 

La Vierge noire de la basilique Notre-Dame de la Daurade, fraîchement restaurée, protège les femmes enceintes et les jeunes mères.
La Vierge noire de la basilique Notre-Dame de la Daurade, fraîchement restaurée, protège les femmes enceintes et les jeunes mères. — Julie Rimbert / 20 Minutes
  • Depuis 2017, la basilique dédiée au culte de la Vierge Noire était en travaux.
  • Toiture, façades, nouvelles cloches et tableaux restaurés, la rénovation de l’édifice a été globale.
  • Samedi, la robe de la fameuse Vierge Noire sera changée en public par ses caméristes.

« C’est magnifique cette restauration, je ne reconnais pas la basilique avec ses couleurs d’origine, c’est formidable de la voir renaître », confie une dame vendredi matin en découvrant le chœur de la basilique Notre-Dame de la Daurade, après deux ans et demi de travaux. Altéré par le temps et la saleté, l’édifice dédié au culte ancien de la Vierge Noire, est l’une des plus vieilles églises de Toulouse. Sa rénovation, qui a coûté 5.5 millions d’euros, est globale puisque la toiture a été refaite, ses façades, son clocheton mais surtout ses tableaux et ses décors ont fait l’objet d’attention particulière des restaurateurs.

C’est par la grande porte d’origine de la basilique, située quai de la Daurade près de l’école des Beaux-Arts, que les visiteurs pénètrent désormais dans l’église. Auparavant, l’entrée se faisait par une petite porte sur la place de la Daurade. Celle-ci est maintenant réservée au public à mobilité réduite. Les murs noircis du transept, du chœur et de la voûte ont été nettoyés, faisant revivre des couleurs chatoyantes.

Les tableaux des Evangélistes ont été restaurés.
Les tableaux des Evangélistes ont été restaurés. - J. Rimbert

« Cette rénovation a été complexe car il a fallu intégrer la technicité d’aujourd’hui et prendre le chantier dans sa globalité, note Axel Letellier, architecte du patrimoine en charge de ce chantier. Des nouvelles cloches ont par exemple été fondues, une opération que je n’avais jamais vue de ma vie. Les grands tableaux des Evangélistes, dont on ne distinguait plus les animaux représentés, ont été nettoyés et restaurés avec minutie et un grand savoir-faire. »

Trésor de la basilique à découvrir

Si la fameuse Vierge Noire, priée depuis des siècles par des générations de Toulousaines attendant un enfant, a juste été dépoussiérée, c’est elle qui reste la curiosité de cette basilique. Aujourd’hui encore, les femmes sont nombreuses à venir chaque année demander un ruban bénit, appelé « ceinture de la Vierge », pour protéger les futures mères et leurs enfants.

Un nouvel espace, baptisé Le Trésor de la Daurade, est ouvert dans la basilique.
Un nouvel espace, baptisé Le Trésor de la Daurade, est ouvert dans la basilique. - J. Rimbert

Et la nouveauté de cette grande restauration, c’est que le public peut maintenant découvrir le trésor de la Daurade, c’est-à-dire les œuvres liées à la dévotion de la Vierge comprenant une trentaine de robes, dont certaines ont été réalisées par de grands couturiers comme Jean-Charles de Castelbajac ou Franck Sorbier. De nombreux objets liturgiques sont exposés dans des vitrines. Mais surtout on y découvre une deuxième Vierge Noire à l’Enfant, celle de Jean-Louis Ajon. Le tout est classé aux Monuments historiques.

Pour découvrir ce patrimoine rénové, la basilique de la Daurade ouvre ses portes tout le week-end. Samedi, à 17 heures, les caméristes changeront la robe de la fameuse Vierge.

La Vierge noire bien habillée pour l'hiver