Toulouse : Il accidente sa voiture et dépose plainte pour un car-jacking imaginaire

ENTOURLOUPE Un Toulousain est poursuivi pour dénonciation de délit imaginaire. Il a mis au point un sacré scénario et incendié lui-même sa voiture pour ne pas déclarer un accident

Hélène Menal

— 

Un brassard de police. Illustration.
Un brassard de police. Illustration. — Tristan Reynaud/SIPA

Début août, théoriquement, un automobiliste qui circulait dans le quartier Papus à Toulouse a été «attaqué» par trois inconnus, dont un muni d’une arme de poing. Ils l’ont menacé, l’ont extrait du véhicule et sont repartis avec, emportant au passage le téléphone portable et la petite somme en liquide qui se trouvait à l’intérieur de l’habitacle.

C’est du moins ce que la « victime » a déclaré en venant déposer plainte au commissariat peu après. La voiture a d’ailleurs été retrouvée incendiée par une patrouille la nuit des faits présumés, ce qui collait parfaitement avec le scénario du car-jacking.

Choc à l’avant

Sauf que les enquêteurs de la Brigade criminelle de répression des atteintes aux personnes ont eu un doute. Un gros même, confirmé par l’expertise du véhicule qui a révélé un gros choc à l’avant.

Le conducteur de 23 ans, condamné entre-temps pour d’autres faits, a été extrait mardi de la maison d'arrêt de Seysses pour éclaircir la situation. De source policière, il a avoué sans difficulté avoir incendié lui-même la voiture après avoir eu un accident.

Le jeune homme est retourné en cellule. Il retrouvera bientôt le banc des prévenus, pour répondre de « dénonciation de délit imaginaire ayant entraîné des recherches inutiles ».