Toulouse: Grâce à leur invention, nos douches vont consommer douze fois moins d'eau

INNOVATION Deux jeunes ingénieurs toulousains travaillent depuis deux ans sur une douche cyclique, limitant la consommation de l'eau à 5 litres qui sont réutilisés en boucle

Julie Rimbert

— 

Jeune femme qui prend sa douche. (Illustration)
Jeune femme qui prend sa douche. (Illustration) — VALINCO/SIPA
  • Les créateurs de la start-up toulousaine Ilya ont mis au point un système de filtration des eaux de douche. L’eau est récupérée, limitant la douche à cinq litres, au lieu de 60 litres en moyenne.
  • Après le développement d’un prototype, les deux jeunes ingénieurs toulousains fondateurs d’Ilya travaillent maintenant sur l’amélioration du filtre.
  • La commercialisation de la douche cyclique est prévue en 2021.

Récupérer l’eau utilisée durant la douche pour la recycler et éviter ainsi le gaspillage : c’est l’idée de deux ingénieurs diplômés en 2018 de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Toulouse qui veulent créer une douche écolo 2.0. Grâce à un système de filtration, l’eau est récupérée, limitant la douche à cinq litres, au lieu de 60 litres en moyenne.

Déjà sensible aux questions d’environnement et de développement durable, les deux ingénieurs, qui s’étaient déjà engagés pendant leurs études dans l’association « Ingénieurs pour demain », avaient envie d’entreprendre dans un projet qui ait un réel impact écologique.

« Nous sommes partis du constat que la douche est l’un des points du foyer qui consomment le plus en eau et en énergie, environ 40 %, explique Simon Buoro, qui doit créer avec son ami Antoine Escande la start-up Ilya en décembre. L’eau était simple à recycler et à récupérer donc nous avons développé un premier prototype ».

Commercialisée en 2021

La douche cyclique fonctionne grâce à 5 litres d’eau prélevés sur le réseau, récupérés par une pompe. L’eau est ensuite recyclée avec un filtre, stérilisée et réchauffée un peu pour garder une température convenable et donc réutilisée en boucle.

Après le prototype pour valider leur concept, les étudiants toulousains collaborent actuellement avec le laboratoire Toulouse Biotechnology Institute de l’INSA, afin d’améliorer la qualité de leur filtre. Ils sont également accompagnés par le Catalyseur de l’université Paul-Sabatier. « Nous voulons un filtre avec une plus grande durée de vie afin que notre produit ait le plus faible impact sur l’environnement », poursuit Simon Buoro.

Pour commencer, les Toulousains veulent proposer leur douche cyclique aux bailleurs sociaux, aux campings, aux salles de sport et aux hôtels. Ils visent une commercialisation en 2021. D’ici là, pour faire connaître leur start-up et leur concept, ils développent un outil de sensibilisation à la consommation d’eau et d’énergie, disponible mi 2020. Histoire de déjà inciter les consommateurs à lever le pied.