Pyrénées : Pour anticiper les conséquences du réchauffement climatique, la région va investir dans les stations

SKI La région Occitanie a décidé d’investir dans le gestionnaire de domaine skiable N’Py afin d’anticiper les changements climatiques et transformer le massif en un territoire touristique « 4 saisons »

Béatrice Colin

— 

Un snowboarder, à la station de Piau, dans les Pyrénées.
Un snowboarder, à la station de Piau, dans les Pyrénées. — GELEBART ALEXANDRE
  • Les stations de ski des Pyrénées souffrent de plus en plus du réchauffement climatique, les saisons étant raccourcies depuis quelques années.
  • Pour faire face à ces aléas, ainsi qu’à la concurrence, elles sont obligées d’investir, de diversifier leurs activités afin de maintenir une activité économique sur le massif.
  • Pour les y aider, la région Occitanie et la Banque des territoires ont décidé d’investir dans N’Py, déjà gestionnaire de huit domaines skiables.

Ces derniers jours, un manteau blanc a recouvert les Pyrénées. Une bonne nouvelle pour les gestionnaires des stations de ski du massif qui espèrent tous vivre une meilleure année que celle de l’an dernier et ouvrir les premières pistes dès la fin du mois. N’Py, gestionnaire de huit domaines skiables, a ainsi enregistré au cours de l’hiver 2018-2019 une baisse de 11 % de son chiffre d’affaires.

La neige est arrivée en masse, mais seulement à la mi-janvier, entraînant une chute de la fréquentation touristique lors des vacances de Noël. Et le recours à la neige artificielle n’a pas pu contrer le phénomène. Une météo de plus en plus aléatoire due au réchauffement climatique et qui n’est pas sans conséquence. Sans parler de la concurrence des domaines skiables des autres massifs, aux équipements parfois dernier cri.

Tourisme « 4 saisons »

« Nous connaissons le rôle socio-économique des stations de ski dans nos montagnes. La région a donc décidé d’investir et de rentrer au capital de N’Py avec la Banque des territoires pour redynamiser l’investissement, construire de l’hôtellerie simple ou de plus haut niveau. Nous allons nous attaquer à diversifier les activités de montagne », a indiqué cette semaine Michel Boussaton, le conseiller régional en charge du dossier.

En juillet dernier, sa collectivité et la Banque des territoires étaient déjà entrées au capital de N’Py à hauteur de 7 % chacune. D’ici à la fin de l’année, leurs parts devraient grimper à 30 % chacune. « Cela doit nous permettre d’intervenir sur l’ensemble de la chaîne des Pyrénées. Il faut mettre à niveau les investissements, anticiper le réchauffement climatique et maintenir l’emploi », explique la directrice générale de N’Py, Christine Massoure. Et de faire des Pyrénées un terrain de jeux « 4 saisons », les étés chauds poussant de plus en plus les touristes à rechercher la fraîcheur en altitude.

Hébergements et équipements

Pour y parvenir, l’an dernier, la société a ainsi ouvert le Skylodge de Piau-Engaly, une version revisitée de l’auberge de jeunesse, qui a enregistré 20.000 nuitées en un an, notamment cet été celles d’un club professionnel de rugby. Pour compléter cette offre d’hébergements, un hôtel quatre étoiles ouvrira dans la même station en décembre.

L’une des grandes nouveautés cette année reste la mise en service du Skyvall. Cette nouvelle télécabine relie la vallée du Louron à la station de Peyragudes. « Il permet de monter en neuf minutes au pied des pistes et de s’éviter de faire la route. Cela permet aussi d’avoir une offre de lits plus bas dans la Vallée et de relier un troisième village à la station », précise Laurent Garcia, le directeur de la station.