Toulouse : Feu vert pour la troisième ligne de métro, malgré deux réserves

TRANSPORTS La commission d'enquête publique a rendu vendredi un avis favorable sur ce grand projet de transport. Deux réserves ont été émises sur François-Verdier et les Sept Deniers

Julie Rimbert

— 

Vue d'artiste de la 3e ligne de métro de Toulouse.
Vue d'artiste de la 3e ligne de métro de Toulouse. — Tisseo

La troisième ligne de métro à Toulouse est sur les rails. La commission d’enquête publique, publiée vendredi, a donné un avis favorable à ce projet qui doit être mis en service fin 2025. Près de 1.882 contributions ont été enregistrées durant l’enquête publique qui a eu lieu du 6 juin au 18 juillet.

Si le projet est jugé satisfaisant, la commission a cependant émis deux réserves sur les stations François-Verdier et des Sept Deniers.

Arbres à conserver et parking à mutualiser

Concernant François-Verdier, point de connexion de la troisième ligne avec la ligne B, les commissaires enquêteurs recommandent d’éviter l’abattage des arbres centenaires, un moment évoqué, ce qui avait suscité une levée de boucliers des riverains.

Pour la station des Sept Deniers, c’est le parking-relais qui est critiqué, les commissaires, le jugeant trop grand. Ils préconisent une mutualisation du parking avec ceux du Stade Toulousain.

Seul ombre au tableau : la commission d’enquête pointe quand même le coût élevé de ce projet, estimé à 2.7 milliards d’euros.

Levée des réserves avant fin décembre

Jean-Michel Lattes, le président de Tisséo, se félicite de cet avis favorable et souligne la tenue du calendrier annoncé en 2015. « Il n’y a aucune remarque sur le tracé ou le financement et les deux réserves exprimées restent limitées, assure-t-il. Jean-Luc Moudenc s’est engagé à ne pas toucher aux arbres, en positionnant autrement la station. Quant aux Sept Deniers, nous allons tenir compte de la mutualisation des parkings avec le Stade Toulousain ».

Le président de Tisséo espère lever ces réserves avant fin décembre, afin de lancer les premiers appels d’offres de ce gigantesque chantier.

Du coté de l’opposition, les doutes sur le financement persistent tout de même. « La question de la capacité de Toulouse Métropole à réaliser le projet dans les conditions financières énoncées jusqu’à ce jour n’est donc toujours pas levée. Nous resterons donc vigilants aux conséquences financières possibles de ce projet pour les collectivités membres de Tisséo, et dès lors, pour tous les contribuables », indique Claude Raynal, le président du groupe socialiste à Toulouse Métropole dans un communiqué.